«Dear White People»

14 février 2017 17:02; Act: 14.02.2017 17:08 Print

«Cette série promeut le génocide des Blancs»

Des suprématistes blancs américains ont appelé au boycott de la nouvelle série Netflix «Dear White People» après avoir vu le trailer. Raté.

La vidéo qui a excité les partisans d'extrême-droite.

  • par e-mail
Sur ce sujet

La vidéo ne dure que 30 secondes. On y voit l'héroïne noire décrire aux étudiants blancs de l'université à laquelle elle appartient quels costumes de Halloween sont acceptés, comme les pirates ou les infirmières sanguinolentes, mais aussi ceux qui sont inadmissibles, comme le déguisement d'un Noir. Ce trailer de «Dear White People», série de Netflix prévue pour fin avril, a été pris pour cible par des partisans d'extrême-droite américains.

«Netflix a annoncé un nouveau show anti-blanc qui promeut le génocide blanc. J'efface mon compte», a ainsi tweeté un homme se faisant appeler Baked Alaska, se qualifiant de «bon gars chrétien» et suivi par plus de 145 000 personnes. D'autres ont suivi son appel au boycott, en supprimant leur compte Netflix et en alignant les remarques racistes sur Twitter.

L'équipe de la série réplique

Face à ce mouvement, l'équipe de la série a réagi. L'actrice principale Logan Browning a assuré que les journalistes qui avaient vu la fiction et qui l'avaient appréciée étaient blancs. Le scénariste Jack Moore s'est dit «fier» d'avoir participé à cette production. Quant au réalisateur Justin Simien, qui a déjà réalisé le film duquel est adaptée la série, il a choisi l'ironie en remerciant les détracteurs d'avoir fait la promotion de la bande-annonce. «Merci d'avoir fait d'un simple clip de lancement le plus visionné de l'histoire de Netflix», a-t-il écrit. En effet, après une semaine en ligne, la vidéo comptait plus de 4 millions de vues lundi à 12h.

Quant à celui qui a lancé le mouvement anti-Netflix, il a rapidement compris son malheur. Un internaute a pu retrouver son mail et l'a abonné à son insu à plus de 7000 newsletters, dont plusieurs d'associations ou d'organisations aux convictions opposées aux siennes.


(L'essentiel/mja)