Télévision française

09 février 2018 08:52; Act: 09.02.2018 10:48 Print

Mennel quitte «The Voice» après la polémique

Une candidate du télécrochet de «TF1» a annoncé qu'elle quittait l'émission, face à la polémique née d'anciens messages complotistes après les attentats de 2016 en France.

storybild

«Je n'ai jamais songé à blesser qui que cela soit et la seule perspective que mes propos soient source de peine me heurte, j'ai donc pris aujourd'hui la décision de quitter cette aventure», a annoncé la chanteuse.

Sur ce sujet
Une faute?

La chanteuse Mennel, une des candidates de l'émission «The Voice», au cœur d'une polémique pour avoir posté des messages complotistes après les attentats de 2016, a annoncé dans une vidéo postée vendredi sur Facebook qu'elle quittait le télécrochet de TF1. «Je n'ai jamais songé à blesser qui que ce soit et la seule perspective que mes propos soient source de peine, cela me heurte. J'ai donc pris aujourd'hui la décision de quitter cette aventure», a annoncé la chanteuse.

«À mes soutiens, n'ayez aucune crainte, cette décision n'est pas un frein à mon épanouissement artistique mais au contraire la condition de son accomplissement», a ajouté Mennel. La société de production de l'émission «The Voice», ITV studios france, a déclaré de son côté dans un communiqué publié sur son site que «malgré des excuses sincères, l'environnement restait trop pesant».

Mise en cause des attentats

«Nous espérons que sa décision et les mots choisis pour l'exprimer permettront d'apaiser les tensions», a-t-elle ajouté. Samedi soir, les téléspectateurs de la Une avaient découvert le visage angélique de cette chanteuse de 22 ans. Dès lundi, une polémique naissait sur Twitter, des internautes exhumant d'anciennes publications sur Facebook de la candidate remontant à juillet 2016, après les attentats de Nice et de Saint-Étienne-du-Rouvray et effacées depuis.

La jeune femme y accusait le gouvernement d'être «les vrais terroristes» et mettait en doute l'attentat de Nice. D'autres captures d'écran, notamment relayées par l'extrême droite sur les réseaux sociaux, montrent en outre qu'elle partageait sur Facebook des publications de l'islamologue controversé Tariq Ramadan ou de Dieudonné. La jeune femme s'est entre-temps excusée sur son compte Facebook.

(L'essentiel/AFP)