Dessin animé

02 mai 2018 07:57; Act: 02.05.2018 12:55 Print

«Peppa Pig» jugée trop subversive par la Chine

Les aventures de l'espiègle cochonne rose vif ont été jugées déviantes des «valeurs centrales du socialisme». Le dessin animé de la «BBC» a été censuré sur Internet.

Sur ce sujet
Une faute?

Une plateforme Internet chinoise a censuré le dessin animé britannique «Peppa Pig». Des médias d'État ont fustigé l'«addiction» du public enfantin, les dérives commerciales et la transformation du personnage en icône «subversive» d'une jeunesse oisive et antisociale. Au moins 30 000 épisodes de l'espiègle cochonne rose vif ont été retirés de la populaire plateforme de vidéos partagées Douyin, a rapporté lundi le quotidien officiel Global Times.

Selon un document cité par le journal, le dessin animé de la BBC fait partie d'une liste de contenus censurés par Douyin, au même titre que... les hommes travestis en femmes, une nudité excessive ou «des comportements érotiques». Introduit au mitan des années 2000 en Chine, «Peppa Pig» y est devenu extrêmement populaire, via des épisodes doublés en mandarin. Cette ferveur s'est intensifiée fin 2017 auprès d'un public de jeunes adultes. Le Quotidien du Peuple a sonné la charge jeudi, dénonçant les effets pervers d'une «commercialisation» de Peppa. «Nombre d'écoliers cherchent à se différencier en rivalisant de montres ou d'accessoires Peppa Pig», au profit des «fabricants de contrefaçons», s'alarme-t-il.

Le Global Times constatait lundi que l'innocent cochon «est devenu une icône pour la sous-culture» d'une jeunesse «hostile aux valeurs mainstream, souvent peu éduquée et sans travail stable», «oisive», «aux antipodes de la jeunesse que souhaite cultiver le Parti». «Peppa Pig» «a pris un tour subversif» et sa popularité illustre «une soif de nouveautés et de satire susceptible de nuire au moral de la société», affirme le Global Times. Ce tour de vis s'inscrit dans la vague de répression lancée par le régime communiste pour expurger l'Internet de tout contenu déviant des «valeurs centrales du socialisme» et critiquant les normes sociales établies.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • sheldon cooper le 02.05.2018 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    ce n'est pas étonnant dans la mesure ou bigbang theory est aussi interdit en chine

  • Aucunnom le 03.05.2018 07:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas étonnant, après tout ça se passe en Chine

  • Mimile le 02.05.2018 12:30 Report dénoncer ce commentaire

    Par contre, les élites de la Chine montrent bien l'exemple des valeurs sociales à défendre: Gucci, Channel, Hermès... La Chine est un des principaux marchés des marques de luxe.

Les derniers commentaires

  • Aucunnom le 03.05.2018 07:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas étonnant, après tout ça se passe en Chine

  • Mimile le 02.05.2018 12:30 Report dénoncer ce commentaire

    Par contre, les élites de la Chine montrent bien l'exemple des valeurs sociales à défendre: Gucci, Channel, Hermès... La Chine est un des principaux marchés des marques de luxe.

  • sheldon cooper le 02.05.2018 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    ce n'est pas étonnant dans la mesure ou bigbang theory est aussi interdit en chine