Série télé

18 novembre 2020 11:00; Act: 17.11.2020 19:09 Print

Avec Netflix, «Bad Banks» affiche ses ambitions

LUXEMBOURG - Diffusée en février dernier sur «Arte», «ZDF» et «RTL», la seconde saison de la série sur le milieu de la finance coproduite au Grand-Duché est disponible sur Netflix.

Sur ce sujet
Une faute?

Sortie en mars 2018, la première saison de «Bad Banks» avait très rapidement bénéficié d'une diffusion sur Netflix. Avec à la clé une audience à la hauteur des ambitions de la remarquable série germano-luxembourgeoise nommée aux Emmy Awards. «La seconde saison (NDLR: diffusée dès février dernier) était disponible plus longtemps sur Arte et sur ZDF, mais nous avons à nouveau été confrontés aux problèmes liés au géoblocage au Luxembourg», explique-t-on du côté d'Iris Productions, qui a coproduit «Bad Banks».

Depuis le 10 novembre, la saison 2 est également disponible sur la plateforme du géant américain de streaming vidéo. Elle est ainsi diffusée dans dix pays et principautés en Europe: Andorre, Belgique, Autriche, France, Allemagne, Liechtenstein, Luxembourg, Monaco, Pays-Bas et Suisse.

«Chacun se bat pour survivre»

Les aventures de Jana Liekam (Paula Beer), Gabriel Fenger (Barry Atsma) et Christelle Leblanc (Désirée Nosbusch) dans l'univers impitoyable de la finance sont également diffusées par d'autres plateformes et chaînes à travers le monde, comme notamment Hulu pour les États-Unis, ou encore Walter Presents pour le Royaume-Uni et l'Irlande, et HBO pour les pays de l'Est et la Scandinavie.

«Dans cette seconde saison, tout le monde est contre tout le monde. Tu ne sais plus à qui faire confiance. Chacun se bat pour survivre. On pensait que Christelle était arrivée au sommet des possibilités d'intrigues, et bien, ça empire», nous expliquait l'actrice luxembourgeoise Désirée Nosbusch, qui campe un des trois rôles principaux, dans «Bad Banks».

(Cédric Botzung/L'essentiel)