Nouveau projet

13 juin 2019 15:22; Act: 13.06.2019 15:46 Print

Aymeric Caron lance sa web TV sur le vivant

Le journaliste et écrivain français Aymeric Caron est à la tête de «Komodo.TV» traitant de sujets liés au respect de l'écosystème et des animaux.

storybild

L'écrivain et journaliste français Aymeric Caron, 47 ans, se lance un nouveau défi professionnel. (photo: Darrin Vanselow)

Sur ce sujet
Une faute?

Connu pour ses prises de positions sans détour sur le droit des animaux, le journaliste et écrivain Aymeric Caron a déjà publié plusieurs livres à succès tels que «No Steak», «Antispéciste», «Utopia XXI» et plus récemment «Vivant». Depuis le 3 juin, l'ex-chroniqueur de «On n'est pas couché» a lancé sa web TV, Komodo.TV, qui propose aux internautes de nombreux programmes qui nous alertent sur l'urgence écologique.

Pourquoi avez-vous eu envie de lancer une web TV sur le respect du vivant et du droit des animaux?

Cela faisait longtemps que j'y pensais parce qu'il n'y a pas de programme qui parle du vivant sur les chaînes de télévision classiques. Il y a de bons documentaires sur la vie sauvage, mais il n'y a pas d'émission régulière à la télé sur l'actualité du vivant avec des scientifiques, des philosophes qui nous parlent d'écologie, de notre rapport au vivant et qui nous alertent sur l'urgence écologique. Je trouvais important de faire des émissions quotidiennes sur le web, afin que ceux qui suivent ce média soient au courant de ce qui est en train de se passer. Apprendre aussi ce qu'est le vivant, parce que c'est quelque chose d'assez méconnu.

Une web TV vous paraît-elle plus judicieuse pour toucher un public jeune?

Il y a en effet la volonté de s'adapter aux nouvelles formes de diffusion. Il est vrai que les jeunes s'informent essentiellement par les réseaux sociaux. On voulait aussi avoir un accès direct, sans passer par des directeurs de chaînes et de programmes avec des budgets lourds. Les jeunes sont spécialement à l'écoute sur les questions du vivant. Cette génération se rend compte de ce qui est en train de se passer. Du coup, leur parler à travers ce média me paraît assez adapté.

Quel est votre rôle dans Komodo.TV?

Je suis cofondateur de cette chaîne avec le producteur, Stéphane Simon. On a eu l'idée de la créer en même temps, sans le savoir. Je supervise le fond, c'est à dire que je propose les différentes déclinaisons de ce que l'on fait: les rubriques, les chroniques… Je réfléchis aux programmes de la chaîne. Je fais aussi venir beaucoup de gens qui collaborent sur cette chaîne. Je fais des éditos, je réponds aux questions des abonnés... En fait, j'alimente la chaîne en contenu et un rédacteur en chef gère tout ça au quotidien.

Votre chaîne a été lancée le 3 juin. Le succès est-il déjà au rendez-vous?

On est assez contents. On ne voulait pas proposer quelque chose de décevant parce que comme c'est sur le web, ce n'est pas les mêmes budgets qu'à la télévision. Il y a quand même toute une équipe qui y travaille à plein temps, mais avec un budget qui est celui d'une web TV. Il faut donc être inventif, trouver des collaborateurs qui nous aident à faire des partenariats intéressants pour chacun. Ce n'est que le début. Les échos des gens qui ont découvert la chaîne sont positifs.

Quels genres de programmes trouve-t-on sur Komodo.TV?

On essaie de varier les contenus sur la thématique du vivant. On y trouve mes éditos sur l'actualité du vivant ou, en général, des réponses aux questions que les gens se posent. On assume le fait que moi étant antispéciste, il y a forcément une connotation antispéciste dans notre manière de voir le vivant: l'idée de ne pas faire souffrir ou de tuer les animaux. On y trouve aussi des interviews sur des gens qui connaissent très bien le monde du vivant, des biologistes qui nous expliquent où on en est réellement avec le réchauffement climatique. On relaie aussi le travail de diverses associations. Il y a aussi le côté lifestyle, avec chaque semaine des recettes de cuisine végane.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.