Série

06 février 2020 09:00; Act: 06.02.2020 11:26 Print

«"Bad Banks" a mis le Luxembourg sur la carte»

Désirée Nosbusch est à l'affiche de la seconde saison de «Bad Banks», série plébiscitée de toutes parts et coproduite au Grand-Duché.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«L’essentiel»: «Bad Banks» n’a pas remporté l’Emmy Award de la «Meilleure série dramatique». L’équipe était-elle déçue?

Désirée Nosbusch: Quand on fait partie des cinq séries européennes nommées aux Emmy Awards, on a toujours l’espoir de gagner, mais nous avons déjà tellement été gâtés avec «Bad Banks» les mois précédents, que nous étions heureux d’être reconnus. On ne peut pas tout ramasser d’un coup. La fête continue et la deuxième saison arrive…

Que nous réserve la deuxième saison?

C’est un véritable feu d’artifice. Dans la deuxième saison, tout le monde est contre tout le monde. Tu ne sais plus à qui tu peux faire confiance. Chacun se bat pour survivre. On pensait que Christelle était arrivée au sommet des possibilités d’intrigues, et bien non, ça empire.

Quelle fut votre première impression lorsque le rôle de Christelle Leblanc vous a été proposé?

C’était drôle, car en me présentant au casting, j’ai dû vérifier que c’était bien pour ce rôle-là, tant le personnage me semblait éloigné de moi. Je ne savais pas que j’avais déjà été choisie, et je ne comprenais pas ce qu’ils cherchaient. Mais c’est justement cela qui était intéressant. Et avec leur aide, nous avons créé la Christelle que l’on connaît.

Comment avez-vous abordé le personnage de cette femme, dure, forte et machiavélique?

Le personnage n’est pas seulement froid ou machiavélique, il y a toujours plusieurs strates, des angoisses, des émotions, une tristesse. Il faut aller au-delà de l’apparence, comprendre pourquoi est-ce qu’elle est comme cela. C’est une femme forte, qui doit se battre dans un univers dominé par les hommes. Elle a cette peur de perdre le pouvoir, car tout ce qui lui reste, c’est sa carrière.

Les prix pleuvent depuis le lancement de la série. Comment les avez-vous accueillis, notamment le «Grimme-Preis» en février dernier?

Pour moi, le «Grimme-Preis» est comme un rêve devenu réalité. Pendant de nombreuses années, j’ai travaillé en tant que présentatrice, et il m’a fallu un long moment avant d’être perçue en tant que comédienne. Grâce au rôle de Christelle Leblanc dans «Bad Banks», j’ai réussi à être plus Christelle que Désirée, c’est elle qui brillait. Ça y est, je suis vraiment comédienne. Cela m’a ouvert beaucoup de portes. C’est un grand cadeau, surtout à mon âge, car beaucoup de collègues se plaignent de ne plus avoir de rôles.

La série est une plongée dans les hautes sphères de la finance. Avez-vous bénéficié de conseils en la matière?

Avec le réalisateur de la première saison, nous avons pu faire beaucoup de recherches sur nos personnages respectifs. J’ai eu le droit de rencontrer des femmes qui avaient fait la carrière de Christelle à Wall Street, d’autres qui ont rebroussé chemin. Tout cela pour créer sa biographie. Et c’est un plus lorsque l’on vit au Luxembourg. Car dans nos vies privées, nous connaissons tous des banquiers. Pour ma part, j’ai un frère dans le monde de la finance, je l’ai beaucoup sollicité car je n’y connaissais rien (rires).

«Bad Banks» dénonce les dérives de la finance. Avez-vous eu des retours de la place financière grand-ducale?

J’avais peur que ces gens de la finance me disent «Vous avez bien exagéré avec Bad Banks, ce n’est pas comme cela que ça se passe». Au contraire, j’en ai rencontré qui m’ont dit: «Beaucoup de choses sont vraiment réalistes». Je l’ai pris comme un grand compliment. C’est la raison pour laquelle la série a trouvé son public.

Qu’est-ce que la diffusion sur Netflix a changé pour vous?

Notre métier change beaucoup, ça devient plus global. J’ai désormais beaucoup de castings, dans différentes langues. Mais je suis quelqu’un de fidèle, et j’adore être au Luxembourg. Nous avons la grande chance d’être dans un pays ouvert à l’international.

Le Luxembourg est bien représenté dans la série, notamment avec ce jeu entre les différentes langues.

Absolument, «Bad Banks» a mis Luxembourg sur la carte, au niveau des producteurs allemands, par exemple. Ce n’est pas qu’un endroit où il y a de l’argent. On voit le Grand-Duché comme un pays qui sait faire des films de qualité, c’est génial.

(Cédric Botzung/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Caroline E. le 06.02.2020 10:57 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai adoré les deux saisons et j'espère qu'il y en aura une troisième! Mention spéciale aux acteurs que j'ai vraiment trouvé excellents!

  • Joel Templemann le 06.02.2020 13:40 Report dénoncer ce commentaire

    Le Luxembourg était déjà sur les cartes, mais uniquement sur les pages finances. Il fait seulement une timide apparition dans les pages cultures.

  • Canadien le 06.02.2020 13:59 Report dénoncer ce commentaire

    Pour information, ca ne passe pas sur Netflix au Canada. Donc le Luxembourg est sur la carte de ceux qui le connaissaient déjà

Les derniers commentaires

  • Luxo67 le 12.02.2020 11:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si ce genre de personne est légion à Luxembourg , je comprends aussi pourquoi la finance purement virtuelle de luxembourg soit tellement pourrie. Y a aucune raison d’être fier de ressembler à ce genre de personnage au contraire.

  • Josée le 07.02.2020 15:53 Report dénoncer ce commentaire

    Sur ARTE hier soir et ce soir. Bravo Désirée Nosbusch, là vous vous êtes donnée complètement. Je vous félicite car vous jouez là un personnage qui ne correspond pas à votre personnalité dans la vie. C'est ça être comédienne et vous l'êtes.

  • Victot Hugo le 06.02.2020 21:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon HOD pourquoi pas vous recycler dans le cinéma ou la littérature critique... vous seriez parfait....

  • Canadien le 06.02.2020 13:59 Report dénoncer ce commentaire

    Pour information, ca ne passe pas sur Netflix au Canada. Donc le Luxembourg est sur la carte de ceux qui le connaissaient déjà

  • Joel Templemann le 06.02.2020 13:40 Report dénoncer ce commentaire

    Le Luxembourg était déjà sur les cartes, mais uniquement sur les pages finances. Il fait seulement une timide apparition dans les pages cultures.