Michael Eperlding

31 mai 2020 11:31; Act: 31.05.2020 14:27 Print

«Des artistes vont arrêter le métier à cause du Covid»

DIFFERDANGE - Fraîchement naturalisé luxembourgeois, l'acteur arlonnais Michaël Erpelding raconte l'impact du virus dans le secteur de la fiction.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

L'essentiel: Quelles conséquences a eu le virus sur vos projets?

Michaël Erpelding: J'allais commencer deux tournages. On a appris par mail que tout était suspendu suite au Covid-19. On devrait reprendre en août, peut être septembre.

Le secteur est à l'arrêt depuis mars...

J'ai pu enregistrer lundi à Differdange pour ma première série mondiale pour Netflix: Tribes of Europa, du réalisateur allemand Philip Koch. C'est une série de science fiction pour laquelle j'ai tourné en septembre et octobre dernier en Croatie et République tchèque. Elle doit sortir en fin d'année, mais avec le virus, tout a pris du retard.

Un gros projet…

Il y avait 200 personnes sur le tournage, trois grandes grues, J'ai fait de nombreux essayages à Prague pour le costume qui a coûté très cher. J'avais une caravane à mon nom. Ma première. C'est quelque chose pour un acteur.

Où vivez-vous désormais?

Après Paris et Bruxelles, je suis revenu m'installer en septembre dernier à Arlon, car je souhaite que mon fils grandisse près de ma famille, et plutôt dans un village. Seul, je serais resté à Paris.

Travaillez-vous régulièrement au Luxembourg?

Je viens d'obtenir la nationalité. C'est important, car j'aimerais énormément travailler pour des productions au Luxembourg, où il y a beaucoup de beaux projets. Les castings réservent des places pour des acteurs luxembourgeois, une forme de quota.

Comment avez-vous vécu le confinement?

Cela a été difficile à gérer, car comme acteur, on a besoin de s'exprimer, mais aussi de contact humain, d'amour. Le Covid a fait qu'il n'y avait plus de vie nulle part. Je l'ai assez mal vécu, même si au début c'était agréable, pour moi qui avait beaucoup travaillé. J'ai pu faire un break, passer du temps avec mon fils. J'avais des réserves, donc au début, au niveau financier, ça se passait bien.

Comment vont se dérouler les tournages avec le Covid-19?

J'imagine que les réalisateurs et les cameramen porteront des masques, et que les acteurs les retireront le temps des scènes. Car ce n'est pas possible de maintenir la distanciation dans ce métier, où il y a des scènes de baiser, d'accolade. J'ose espérer que les acteurs seront testés avant. Avec tous les retards et les castings que j'avais passés, cela va être la cohue à la reprise. Je ne vais plus arrêter mais bon, on s'est assez reposés.

Peut-on imaginer que cette période crée un vide de nouvelles fictions à la télé?

Certaines productions vont avoir du retard. Mais il y tellement de projets qui étaient en attente. J'espère que cela va donner la chance à des projets qui étaient prêts et dans l'oubli d'émerger. Il n'y aura selon moi pas de «trous» télé et ciné. Mais des retards oui.

Quel impact financier la crise aura sur le secteur?

Cela va faire beaucoup de mal, notamment en Belgique, où l'on est moins payé. Nos salaires risquent d'être réduits, mais c'est une contribution. On doit tous aider, en ce moment il faut arrêter de penser à son ego. Des amis n'ont pas le statut artiste et sont dans une situation dramatique. Beaucoup vont arrêter ce métier.

La culture est-elle délaissée dans la crise?

Au Luxembourg et en France, des choses ont été faites pour les artistes, mais en Belgique la culture est la dernière roue du carrosse. On nous a laissés tomber, alors qu'on fait rêver les gens, même pendant le confinement. J'ai une profonde colère contre le mépris qui nous a été adressé.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Robinet des Bosquets le 31.05.2020 12:24 Report dénoncer ce commentaire

    Jamais entendu parler.

  • mec sympa le 01.06.2020 15:49 Report dénoncer ce commentaire

    "Je viens d'obtenir la nationalité... j'aimerais énormément travailler pour des productions au Luxembourg... Les castings réservent des places pour des acteurs luxembourgeois, une forme de quota." Ca a le mérite d'être clair.

  • Meteo Sat le 01.06.2020 09:52 Report dénoncer ce commentaire

    ah bon, je prévois que sans eux netflix, disney, amazon et Spielberg vont faire faillite

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 02.06.2020 10:03 Report dénoncer ce commentaire

    le statut d'artiste, quelle aberration, c'est quasi un statut de fonctionnaire, une rémunération garantie par l'Etat, moi qui croyait que c'était une vocation qui n'empêche pas d'avoir un vrai métier dans la vraie vie.

  • Le golfeur le 01.06.2020 20:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis Euro@ lamentable ton post. Honte à toi

  • citoyen le 01.06.2020 17:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ceux qui critiquent les artistes en leurs demandant de faire un vrai boulot est-ce que eux assis dans leurs bureaux de banquiers qui passent leurs temps à vendre du vent pensent qu'ils font un vrai métier ? réfléchissez un peu vous aurez la réponse

  • Baron Rouge le 01.06.2020 16:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils vont enfin commencer à travailler ? Hahaha

  • mec sympa le 01.06.2020 15:49 Report dénoncer ce commentaire

    "Je viens d'obtenir la nationalité... j'aimerais énormément travailler pour des productions au Luxembourg... Les castings réservent des places pour des acteurs luxembourgeois, une forme de quota." Ca a le mérite d'être clair.