Série «Euphoria»

13 juin 2019 18:31; Act: 14.06.2019 11:43 Print

Drogue, violence sexe: HBO repousse les limites

Avec sa nouvelle série «Euphoria», qui est produite par Drake, la chaîne veut montrer aux adultes ce qu'est la vie des ados au XXIe siècle.

Sur ce sujet
Une faute?

Le président des programmes de la chaîne HBO le martèle: la fiction écrite par Sam Levinson, et interdite aux moins de 16 ans, ne cherche pas le sensationnalisme. «Le but de la série est de montrer aux adultes les défis auxquels font face les ados en 2019», a expliqué Casey Bloys au Hollywood Reporter. Parmi ceux-ci: la drogue, le sexe et la violence.

«Certains parents vont carrément flipper», prévient le créateur d'«Euphoria», qui s'est inspiré de sa propre adolescence. Et il y a de quoi. Selon la presse américaine, qui a pu voir la série produite par le rappeur Drake avant son lancement le 16 juin, rien n'est épargné au téléspectateur. Scène de viol, nudité frontale, overdose, la fiction repousse les limites du télévisuellement correct. Au point que l'ex-président de HBO a souvent répété qu'«Euphoria» allait faire passer la série de Netflix sur le suicide «13 Reasons Why» pour un programme pour enfants. Et cela aurait pu être encore plus choquant.

Zendaya, qui joue l'héroïne, et Sam Levinson ont révélé que la chaîne avait demandé que deux scènes soient modifiées. La première était celle d'ouverture de la série, dans laquelle on aurait dû voir un gros plan du vagin d'une femme en train de donner naissance au personnage principal. La seconde devait montrer une centaine de jeunes hommes nus. Les deux séquences ont été édulcorées et on ne verra «que» trente pénis et un fœtus.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.