À Paris

15 mai 2018 08:27; Act: 15.05.2018 09:26 Print

Garde à vue levée pour le candidat de Koh-​​Lanta

Le candidat soupçonné d'avoir agressé une autre participante lors du tournage du jeu télévisé Koh-Lanta aux îles Fidji, a été entendu par la police, lundi, lors d'une garde à vue de quelques heures, levée dans la soirée.

storybild

Le candidat qui aurait agressé Candide Renard lors du tournage de la nouvelle saison de l'émission de téléréalité a été arrêté à sa descente d'avion. Sa garde à vue a été levée lundi soir.

Sur ce sujet
Une faute?

L'homme, qui nie les faits, a été arrêté lundi matin à sa descente d'avion à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle et transféré dans les locaux de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, a expliqué le parquet de Bobigny, confirmant une information d'Europe 1. Il est ressorti libre de sa garde à vue, levée lundi dans la soirée, mais «l'enquête se poursuit», a ajouté le parquet, qui a ouvert une enquête après le dépôt de plainte dimanche de la candidate, Candide Renard, dès son arrivée en France. «Aucun motif ne permettait de maintenir mon client en garde à vue», a dit à BFMTV son avocat Jérémie Assous. «Sa version des faits est parfaitement conforme avec celle des cinq autres personnes qui étaient dans la hutte avec la plaignante», a-t-il dit, sans plus de précisions. «Aucun de ces cinq témoins ne confirme la version de la plaignante», a-t-il encore assuré.

«Qu'il soit fait état de prétendus "témoins" confirmant ou infirmant sa version des faits relève d'une pure stratégie de "fake news"», a de son côté déclaré à l'AFP Léon del Forno, l'avocat de Candide Renard. «De telles méthodes visant à déstabiliser une plaignante dénonçant des faits aussi graves à un stade aussi préliminaire d'une enquête sont proprement inadmissibles et ne seront pas tolérées», a-t-il ajouté, précisant que sa cliente attendait les suites de la procédure pénale «avec sérénité et détermination». La société ALP qui produit ce jeu phare de la chaîne TF1 avait indiqué vendredi que le tournage de la nouvelle édition de l'émission avait été annulé après des «faits susceptibles de relever d'une agression sexuelle».

Une décision prudente

Les faits dénoncés par la candidate se seraient déroulés «dans la nuit du 4e au 5e jour de tournage» qui avait lieu aux îles Fidji, avait déclaré Alexia Laroche-Joubert, la présidente d'ALP. L'annulation de cette future saison est un coup dur pour TF1, à qui ce jeu assure toujours de très fortes audiences et qui va devoir trouver un programme de remplacement pour la fin de l'année. L'annonce intervient alors même que TF1 diffuse depuis mars «Koh-Lanta Le combat des héros», une édition spéciale du jeu d'aventure qui met en scène d'anciens participants. La chaîne avait pris acte dans un communiqué de l'annulation du tournage, jugeant cette décision «prudente, responsable et conforme aux valeurs de Koh-Lanta».

Lancé en 2001, Koh-Lanta est l'adaptation française du jeu d'aventures américain Survivor, et doit son nom à une île en Thaïlande où la première saison s'était déroulée. Dans ce jeu mêlant téléréalité et aventure, les candidats s'affrontent lors d'épreuves physiques et de votes éliminatoires, le vainqueur remportant 100 000 euros. Le tournage de l'émission s'était déjà arrêté brutalement en mars 2013 quand un candidat de 25 ans était mort d'un arrêt cardiaque pendant la première journée de tournage au Cambodge. ALP, filiale du géant de la production audiovisuelle Banijay spécialisée dans les jeux d'aventure (Koh-Lanta, Fort Boyard, La carte aux trésors...), a aussi vu son image ternie il y a trois ans par une collision mortelle en Argentine entre deux hélicoptères pendant le tournage de «Dropped», émission qui devait être diffusée sur TF1. La société a été condamnée en avril pour "faute inexcusable" et devra indemniser la famille d'un cameraman tué dans la collision. L'accident avait coûté la vie à dix personnes, dont trois sportifs de renom (Florence Arthaud, Alexis Vastine et Camille Muffat), et provoqué une vive émotion.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • La Mouche le 15.05.2018 09:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon, et maintenant, garde à vue pour la menteuse ? Non, je ne crois pas... Depuis MeToo, tous les hommes sont considérés comme des pervers, coupables des pires choses... Avant, une femme n'était pas écoutée, maintenant on part du principe qu'elle a forcémentment été agressée et que l'homme à systématiquement tort... Libération des voix des femmes, c'est bien, mais à quel prix ? Je suis bien heureux d'avoir trouvé ma femme et de ne plus avoir à draguer et je plains sincèrement ceux qui ne sont pas dans ce cas-là... La frontière entre drague-intérêt non partagé et agression sexuelle vient de voler en éclats...

  • Touche pas à mon poste le 15.05.2018 11:06 Report dénoncer ce commentaire

    Que s'est il passé ?? une nouvelle "star" qui va squatter les plateaux de télé et les réseaux sociaux est née. La semaine dernière personne ne connaissait cette fille. Elle participe a une télérealité, en une semaine elle devient une star, bien joué... Rendez-vous chez Ruquier, Hanouna. Parlez- nous de votre actualité Candide Renard : "alors j'ai été victime d'une tentative de viol, je vais participer aux anges de la téléralité avec Loana.... je suis très contente, ça démarre très fort pour moi...."

  • RamBo le 15.05.2018 09:15 Report dénoncer ce commentaire

    Sur les lieux du crime ?

Les derniers commentaires

  • catie le 18.05.2018 12:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mademoiselle il faut arrêter ce n est pas du viol!!!! Maintenant les hommes ne peuvent rien dire, il faut arrêter !!!

  • Bart Simpson le 17.05.2018 00:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’inspecteur RamBo, comme a son habitude, parle deja d’une scene de crime..... qu’est-ce qu’il faut pas entendre.

  • disperdal le 16.05.2018 23:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En plus on reparle de Hervé. Ça tombe bien.

  • thierry P le 16.05.2018 21:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aux dernières nouvelles l’affaire s’il y a affaire ne s’est pas produite sur le territoire français donc la justice française n’a rien à voir là dedans !!!!!

  • rené sance le 16.05.2018 18:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les hommes vont refuser de travailler au côté des femmes, ça devient trop dangereux, une simple accusation et s’en est terminée pour vous