Téléréalité

08 novembre 2018 20:31; Act: 09.11.2018 12:02 Print

Ils ont vu les étoiles avant même de quitter la Terre

Des jeunes ont poussé leur corps et leur esprit à leurs limites pour remporter «Astronaute: le camp des recrues», un jeu de téléréalité.

storybild

Chris Hadfield, ex-astronaute canadien, a organisé des épreuves partout dans le monde pour douze candidats.

Sur ce sujet

Un des chemins à suivre pour espérer devenir un jour astronaute est de briller lors d’un des rares recrutements organisés par l’Agence spatiale européenne. Lors du prochain concours de l’institution, le gagnant du jeu de téléréalité «aura une longueur d’avance», a promis Chris Hadfield, célèbre astronaute retraité. Le Canadien est le concepteur d’«Astronaute: le camp des recrues», diffusé depuis jeudi soir, sur la chaîne Ici Explora.

Le programme voit s’affronter devant les caméras douze hommes et femmes, dont un ingénieur, une dentiste, un pilote de l’armée de l’air ou encore un chirurgien. «Je les ai entraînés dans des situations de tests directement calquées sur les épreuves que les véritables agences spatiales utilisent lors du recrutement», a raconté l’ex-commandant de la Station spatiale internationale à La Presse.

Le quinquagénaire a mis les nerfs des candidats à rude épreuve en leur infligeant de redoutables exercices physiques et surtout psychologiques comme celui, très compliqué pour une dentiste, de piloter un hélico. «Je me foutais de la façon dont pilotaient les candidats. Ce que je voulais voir, c’est comment ils réagissaient quand on leur demandait d’accomplir une tâche qu’ils étaient incapables de faire», a-t-il expliqué. Dans un mois et demi, le vainqueur du jeu sera personnellement recommandé par Chris Hadfield, à l’Agence spatiale européenne.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.