Hapsatou Sy

21 septembre 2018 11:24; Act: 21.09.2018 11:35 Print

«Je souhaite qu'Éric Zemmour soit condamné»

La chroniqueuse s'est confiée à la télévision sur son clash avec le polémiste et la «désolidarisation» de Thierry Ardisson.

Sur ce sujet
Une faute?

Hapsatou Sy n'en a pas fini avec Éric Zemmour. Pour rappel, ce dernier lui a dit que son prénom était «une insulte à la France» durant la dernière émission les «Terriens du dimanche!». Une séquence coupée au montage que la chroniqueuse a décidé de dévoiler sur les réseaux sociaux.

Mais ce n'est pas tout. Quatre jours après la diffusion de son violent clash, Hapsatou Sy est revenue à la télévision. Elle s'est rendue le 20 septembre 2018 sur Cnews, dans le «Grand Huit» de Laurence Ferrari, pour revenir sur les attaques. «Si c'était juste la séquence que vous venez de voir, je ne serais pas là sur votre plateau, Laurence. La séquence a été longue, elle a été pénible, il m'a excommuniée de la République. Il m'a dit à quel point je n'étais pas française en insistant, en disant à quel point j'étais une honte, et que mes parents étaient une honte. Il n'a pas le droit de dire ça. Je suis extrêmement choquée», a-t-elle raconté.

Elle confirme porter plainte

La voix parfois tremblante, Hapsatou Sy a adressé un message à l'homme qui l'a blessée: «Ce que je demande à M. Zemmour, c'est de s'excuser de m'avoir injuriée, de s'excuser d'avoir injurié mes parents, de s'excuser d'avoir injurié les enfants de la République», a-t-elle lancé. Mais le polémiste, qui se pose en victime de cette affaire, ne semble pas près de s'exécuter. «S'il ne le fait pas, j'en appelle à la responsabilité de chacun: des chaînes, des médias, y compris la chaîne sur laquelle je travaille, a déclaré Hapsatou Sy. Les dirigeants ne peuvent pas laisser Éric Zemmour insulter impunément les enfants de la République sans qu'il ne soit sanctionné. Je demande à ce que M. Éric Zemmour ne soit plus invité sur les plateaux de télévision tant qu'il ne se sera pas excusé. Je demande cette sanction exemplaire».

La chroniqueuse, qui a révélé être en discussions avec la direction de C8 (mais pas avec la production de l'émission de Thierry Ardisson), a assuré qu'elle ne se tairait pas: «Tant qu'il continuera à parler, je continuerai à parler. Je ne lâcherai pas». Et parce qu'une sanction médiatique ne suffira pas à effacer la douleur provoquée par les propos du polémiste, Hapsatou Sy a annoncé qu'elle allait le poursuivre en justice: «C'est un point important que je regarde depuis l'émission avec mon avocate. Nous étudions la meilleure manière d'attaquer Éric Zemmour pour que cette fois, il ne s'en tire pas. Je souhaite qu'Éric Zemmour soit condamné, donc je vais porter plainte».

«C'est une violation de ma vie privée»

Après cette intervention, la femme de Vincent Cerruti s'est rendue chez «Touche pas à mon poste» pour parler plus longuement de Thierry Ardisson, qui ne l'a pas vraiment aidée dans cette affaire. Interrogée par Jean-Marc Morandini, le mardi 18 septembre, l'homme en noir a accusé sa chroniqueuse de vouloir faire «un bad buzz» et a révélé, sans que l'on sache pourquoi, qu'elle avait des problèmes d'argent: «On lui a avancé six émissions», a-t-il déclaré.

Une accusation et une révélation qu'Hapsatou Sy n'a toujours pas digérées, comme elle l'a confié à Cyril Hanouna. «Oui, c'est une violation de ma vie privée, a-t-elle affirmé. Je précise que j'avais un projet avec Stéphane Simon (NDLR: producteur des «Terriens du dimanche!» et que ces six émissions ont été avancées pour financer ce projet en attendant qu'on collabore réellement à la rentrée».

Si elle assure que son combat n'est pas contre Thierry Ardisson et Stéphane Simon, Hapsatou Sy regrette en revanche que ses employeurs ne l'aient pas davantage soutenue. «J'ai été très affectée parce que pour moi, Thierry se désolidarisait à un moment où j'avais besoin qu'il soit solidaire. Pareil pour Stéphane, a-t-elle ajouté. Encore une fois, ils peuvent avoir l'opinion qu'ils veulent de moi et décider de se défendre comme ils l'ont fait, je ne pense pas avoir créé toute seule le bad buzz. Je pense que les sorties de Thierry ont influencé lourdement».

(L'essentiel/fda)