«50 nuances de Grecs»

04 septembre 2018 07:44; Act: 04.09.2018 14:31 Print

La mythologie telle que vous ne l'avez jamais vue

Dans «50 nuances de Grecs», diffusé depuis lundi 3 septembre 2018 sur «Arte», les mythes antiques sont transposés dans notre siècle. Poilant.

storybild

La chaîne a commandé 30 épisodes de trois minutes. Ils seront diffusés jusqu'à la fin du mois d'octobre 2018. (photo: Arte)

Sur ce sujet
Une faute?

La chaîne franco-allemande avait marqué les esprits avec son programme court «Silex and the City». Arte a de nouveau fait confiance au dessinateur Jul pour adapter à la TV sa bande dessinée «50 nuances de Grecs». Elle est diffusée chaque lundi. Après la préhistoire, c'est donc l'Antiquité qui est au cœur du sujet, mais pas telle qu'on l'a apprise à l'école.

Si les personnages sont ceux que l'on connaît, ils évoluent toutefois dans des situations anachroniques et humoristiques. Ainsi, dans le premier épisode à l'antenne lundi 3 septembre 2018, «Moi, mioches et méchant», Zeus négocie les pensions alimentaires de ses 848 enfants. Dans les numéros suivants, Pénélope voyage avec une compagnie low cost créée par Icare, Thésée se perd dans un labyrinthe sans réseau, Hercule pointe au chômage, à la recherche de douze travaux, ou Narcisse reçoit une perche à selfie pour sa fête.

Des stars ont prêté leur voix

«Ça m'amuse de parler du monde actuel à travers un prisme déformant. Quoi de mieux pour comprendre notre époque que de revisiter nos bases?», justifie le dessinateur, dans un communiqué. Des thèmes sérieux comme le harcèlement sont aussi traités: «Dionysos, Pan, Poséidon sont des harceleurs en puissance. Le «balance ton porc» marcherait pour tous mes personnages», ajoute Jul.

En outre, ce sont des stars qui ont prêté leur voix aux protagonistes: Valérie Lemercier, Cécile de France, Philippe Torreton, Stéphane Bern, Bruno Solo et même Nikos Aliagas en animateur de «The Voice Olympe».

(L'essentiel/Fabien Eckert)