Interview

03 juin 2020 20:00; Act: 04.06.2020 14:50 Print

«Le rire est souvent ce qui nous réunit»

Ramy Youssef cartonne dans «Ramy», la série inspirée de sa propre vie qui aborde un sujet délicat.

Sur ce sujet
Une faute?

Après des années dans l'anonymat des cafés-théâtres new-yorkais, le comique de 29 ans connaît un énorme succès aux États-Unis, avec un feuilleton qui porte son prénom, et qui suit le quotidien d'une famille musulmane américaine. La seconde saison vient de démarrer sur StarzPlay.

Comment est née la série «Ramy»?

Ramy Youssef: J'ai participé à plusieurs programmes comiques à la télé et j'ai voulu montrer une facette de l'Amérique qui n'est jamais représentée: la vie des musulmans aux États-Unis. Il m'a semblé primordial d'avoir une histoire drôle et sentimentale à la fois. «Ramy» est donc une fenêtre ouverte avec de l'humour sur un monde que beaucoup de gens ignorent.

Cette série est en réalité basée sur votre propre vie...

Oui. Mes parents viennent d'Égypte et m'ont élevé dans l'islam. Mon père ne m'a pas forcé à vivre comme un musulman. Il avait l'esprit ouvert. Il m'a dit qu'il voulait m'apprendre la religion et qu'il me laissait le choix d'être pratiquant ou pas. J'avais 11 ans au moment de l'attaque sur les tours à New York, le 11 septembre 2001. J'ai donc grandi avec la peur que ma religion et ma communauté soient associées à cet acte horrible.

Quel est le but de «Ramy»?

Divertir en dépassant les clivages religieux ou politiques. Personne n'a davantage peur des terroristes que les musulmans, car ils sont les premiers affectés par l'intégrisme.

La comédie est-elle le meilleur moyen d'aborder ces sujets délicats?

Je le crois. Dans mes spectacles sur scène, j'ai pu parler de choses sensibles, comme le boycott des musulmans par l'administration américaine l'an passé, tout en faisant rire. Je pense que le rire est souvent ce qui peut nous réunir au-delà de nos différences.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.