À tchao

23 juin 2018 11:44; Act: 25.06.2018 14:57 Print

Les «Guignols de l'info» ont fait leurs adieux

L'émission phare du «Canal +» de la grande époque a diffusé pour la dernière fois, vendredi soir. L'arrêt de l'émission avait été annoncé début juin. À tchao bonsoir.

storybild

Sur ce sujet
Une faute?

«À tchao bonsoir»: les Guignols de l'info, émission satirique culte en France, ont tiré définitivement leur révérence sur Canal vendredi soir, après près de trente ans à l'antenne de la chaîne cryptée. Sur sa page Facebook, l'émission a donné rendez-vous aux fans pour sa dernière en publiant une bande-annonce dans laquelle plusieurs personnages favoris des téléspectateurs, dont l'ex-président Jacques Chirac, entonnent la chanson «je suis venu te dire que je m'en vais».

Inspirés à l'origine du «Spitting Image» de la chaîne britannique ITV, les «Guignols» se sont imposés comme un programme phare en France au début des années 90. Symbole de l'image irrévérencieuse de Canal, l'émission, dans laquelle des marionnettes parodient les journaux télévisés du soir à coup d'humour noir sans tabou, a été copiée depuis sur tous les continents, de l'Espagne à l'Inde en passant par le Cameroun.

«Méthodes extraordinaires»

Canal avait acté la fin définitive de l'émission, lors d'un comité d'entreprise, le 1er juin. L'émission était en sursis depuis la prise de contrôle en 2015 de Canal et sa maison mère Vivendi par l'homme d'affaires Vincent Bolloré, à qui le ton impertinent des Guignols déplaisait.

Ce dernier avait reproché à la chaîne un abus «de dérision» et une tendance à se «moquer des autres». Les Guignols n'avaient dû leur survie qu'à une levée de boucliers de responsables politiques qui les avaient défendus au nom du droit à la caricature. La perspective d'une disparition avait fait réagir jusqu'au président de l'époque, François Hollande, qui avait estimé que «la caricature fait partie du patrimoine» français, obligeant l'industriel à promettre son maintien.

«La méthode est extraordinaire», a dénoncé il y a quelques jours sur la webtélé Le Média Bruno Gaccio, ancien auteur phare du programme, estimant que la chaîne et son actionnaire (Bolloré) avaient volontairement «désorganisé» l'émission pour mieux la faire dépérir. «On a commencé par virer les trois auteurs, on en a pris d'autres qui, eu égard à l'espèce de confrérie qu'il y a entre les auteurs, étaient absolument nullissimes, ils ont viré la prod, et aujourd'hui dans une indifférence complète, on vient dire que cette émission ne marche pas et coûte très cher, donc on est obligés de l'arrêter».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Resident le 23.06.2018 13:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand le business veut contrôler les médias le résultat c’est ça!!! Dernière émission du esprit Canal qui avec le temps est devenu bancal. Dommage car le savoir faire ne s’achète pas m bollore même à coup de millions. A force de spéculer à la dérision il a perdu le sens de la raison pourtant Canal avait raison d’en rigoler à la dérision ????

  • Yann L le 23.06.2018 15:53 Report dénoncer ce commentaire

    Mais quelle bonne nouvelle! Il était grand temps.

  • @YannL le 24.06.2018 08:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suppose qu'à l'époque vous auriez aussi interdit Coluche! Si ça vous plaisait pas, fallait pas regarder. La dérision et satire font parties des meilleures valeurs du système démocratique. C'est vrai que la qualité n'y était plus autant, mais c'était la faute aux nouveaux responsables de Canal+. Mais bon, au moins maintenant vous pouvez vous concentrer sur "danse avec les stars".

Les derniers commentaires

  • @YannL le 24.06.2018 08:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suppose qu'à l'époque vous auriez aussi interdit Coluche! Si ça vous plaisait pas, fallait pas regarder. La dérision et satire font parties des meilleures valeurs du système démocratique. C'est vrai que la qualité n'y était plus autant, mais c'était la faute aux nouveaux responsables de Canal+. Mais bon, au moins maintenant vous pouvez vous concentrer sur "danse avec les stars".

  • toutes les bonnes choses le 23.06.2018 16:00 Report dénoncer ce commentaire

    Une page se tourne ... en même temps l'émission avait déjà perdu beaucoup de popularité des dernières années et elle n'était plus comme avant ... toutes les bonnes choses ont une fin aussi, tôt ou tard ...

  • Yann L le 23.06.2018 15:53 Report dénoncer ce commentaire

    Mais quelle bonne nouvelle! Il était grand temps.

    • Bobo enervant le 24.06.2018 09:18 Report dénoncer ce commentaire

      Heureusement il nous reste Quotidien, mediapart, le canard enchaîné, Charlie Hebdo, C’est à vous et beaucoup d’autres supports qui continueront à assurer la diversité

  • Resident le 23.06.2018 13:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand le business veut contrôler les médias le résultat c’est ça!!! Dernière émission du esprit Canal qui avec le temps est devenu bancal. Dommage car le savoir faire ne s’achète pas m bollore même à coup de millions. A force de spéculer à la dérision il a perdu le sens de la raison pourtant Canal avait raison d’en rigoler à la dérision ????