Plateforme

12 novembre 2019 09:39; Act: 12.11.2019 10:18 Print

Netflix gagne contre une journaliste

Valeria Vallejo accusait la plateforme d'avoir violé ses droits d'auteurs parce qu'elle estimait que «Narcos» s'inspirait trop de son livre sur Pablo Escobar.

storybild

Wagner Moura incarnait Pablo Escobar dans la série «Narcos». (photo: Daniel Daza)

Sur ce sujet
Une faute?

Netflix a gagné une bataille contre une journaliste et ancienne maîtresse d'El Patrón qui affirmait que la série «Narcos», diffusée pour la première fois en 2015 sur le service de streaming, était trop similaire au livre «Loving Pablo, Hating Escobar» dont elle est l'auteur. Un juge de la cour fédérale de Floride a pris parti pour Netflix le 8 novembre 2019, et sa décision permet à la plateforme d'éviter un procès qui devait se tenir quelques jours plus tard.

La plainte de Valeria Vallejo remonte à janvier 2018. Cette Colombienne de 70 ans accusait les producteurs du feuilleton d'avoir copié deux scènes de son bouquin - dont une impliquant un pistolet dans une scène d'amour - sorti en 2006 et d'avoir créé un personnage s'inspirant d'elle appelé Regina Parejo. La journaliste expliquait alors que la société de production avait engagé des négociations pour obtenir les droits du livre, mais que les deux parties n'étaient jamais tombées d'accord.

Dans ses conclusions, le juge Rodney Smith a estimé qu'aucune des scènes de «Narcos» mentionnées par la plaignante ne violait ses droits d'auteur. À propos du passage intitulé «La caresse d'un revolver», le magistrat a argumenté: «Les seules similarités entre les deux sont le bandeau, les caresses avec un pistolet et l'excitation du personnage féminin. Ces faits ne sont pas protégés. L'idée de sexe avec une arme n'est pas protégée». Il a ajouté qu'aucun dialogue n'avait été copié et que le décor était différent entre la série et le livre.

(L'essentiel/jfa)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.