Série animée

19 septembre 2019 17:13; Act: 19.09.2019 17:28 Print

«Undone», une fiction fascinante et haletante

Considérée comme une œuvre unique en son genre, la nouvelle série animée d'Amazon Prime Vidéo fait l'unanimité auprès des critiques.

Sur ce sujet
Une faute?

«Undone», nouvelle série animée diffusée sur Amazon Prime Video depuis vendredi dernier, a de quoi de tenir en haleine les téléspectateurs. Les huit épisodes de cette première saison nous font suivre l'aventure incroyable d'Alma. Malentendante et déprimée, la jeune femme survit à un accident de voiture, causé par la vision inattendue de son défunt père sur le bord de la route. Ce choc va provoquer chez elle d'étranges hallucinations qui la pousseront à enquêter sur la mort de son paternel, professeur de physique quantique, qui travaillait sur le voyage dans le temps.

Créée par Raphael Bob-Waksberg et Kate Purdy, cette fiction utilise de vrais acteurs, tels que Rosa Salazar dans le rôle d'Alma, ou encore Bob Odenkirk, qui incarne son papa. Tous les personnages ont été recréés via la rotoscopie qui consiste à «relever image par image les contours d'une figure filmée en prises de vue réelles pour en transcrire la forme et les actions dans un film d'animation», selon la description officielle. Cette technique avait déjà été utilisée en 2006 pour «A Scanner Darkly», avec Keanu Reeves.

Quelque chose de «purement inédit»

Et le résultat est bluffant d'après la presse spécialisée. Selon le magazine «Première», «Undone» fait «un usage magistral de ce style trop rare, et en explore le potentiel infini, en plaçant ses personnages dans un monde fantastique hallucinant et halluciné, qui nous emporte totalement».

De plus, l'aspect surnaturel de cette série animée reste très accessible pour un public néophyte. «On découvre et on comprend ce qui arrive à Alma en même temps qu'elle, rendant ainsi la narration fluide», explique le journaliste du site konbini.com. Il relève au passage «la prestation impeccable» de Rosa Salazar que l'on a vue dans «Alita: Battle Angel». Selon lui, cette série «atypique aussi bien par sa forme que par son fond» réussit l'exploit de proposer quelque chose de «purement inédit, à l'heure où on a l'impression que tout a déjà plus ou moins été fait».

(L'essentiel)