Eric Zemmour

17 septembre 2018 14:09; Act: 17.09.2018 14:26 Print

«Votre mère aurait dû vous appeler Corinne»

Hapsatou Sy songe à porter plainte contre l'écrivain qui lui a balancé que sa mère avait eu tort de ne pas lui donner un prénom français.

Sur ce sujet
Une faute?

Discussion houleuse entre Hapsatou Sy et Eric Zemmour, le 16 septembre 2018, dans «Les Terriens du dimanche», sur C8. Interrogé sur la raison pour laquelle il regrettait que Rachida Dati ait appelé sa fille Zora, l'écrivain a déclaré que, selon lui, tous les enfants français devaient porter un nom d'un saint chrétien, ainsi que l'exigeait une loi de Bonaparte abolie en 1993.

Piquée au vif par cette remarque, la chroniqueuse de Thierry Ardisson a fait remarquer qu'elle s'appelait Hapsatou. «Eh bien votre mère a eu tort», a répliqué Zemmour, ajoutant que la maman d'Hapsatou Sy aurait dû prénommer son enfant Corinne.

Si, sur le moment, la compagne de Vincent Cerutti a gardé le sourire, elle n'en a pas moins été très affectée par les propos de l'écrivain qui n'ont pas tous été diffusés et a annoncé sur Twitter qu'elle réfléchissait à porter plainte contre Eric Zemmour, après ce qu'elle considère comme de graves insultes et qu'elle songeait à quitter «Terriens du dimanche». «Il ne gagnera pas cette fois. J'ai tous les éléments en ma possession. Il n'en sortira pas indemne. Et pour mes parents et mon identité insultés ce soir, j'irai jusqu'au bout, quelles qu'en soient les conséquences», a-t-elle conclu.

Dans un communiqué, la production des «Terriens du dimanche» a expliqué que si une partie de la séquence entre la chroniqueuse et l'écrivain avait été coupée au montage, c'était «selon les instructions du service juridique de C8». Quant à Hapsatou Sy, elle a été invitée à informer rapidement l'animateur et le producteur de l'émission de sa décision sur son avenir dans le programme.

«Ça n'a rien de racial»

Invité lundi 17 septembre 2018 sur LCI, Eric Zemmour a été interrogé sur ses propos. Il a indiqué qu'il avait dit à Hapsatou Sy qu'avec un prénom comme le sien, elle ne faisait pas partie de la France. Il s'est cependant défendu de toute injure raciale.

«Ça n'a rien de racial, c'est ridicule. Je trouve beaucoup plus violent des gens qui donnent à leurs enfants des prénoms qui sont étrangers à l'histoire de France alors qu'ils veulent que leurs enfants vivent en France», a-t-il dit, quand Thierry Moreau lui a fait remarquer que ce qu'il disait était violent.

(L'essentiel/jfa)