Emploi au Luxembourg

30 octobre 2020 10:00; Act: 30.10.2020 13:00 Print

Des contrats pour aider les jeunes à trouver du travail

LUXEMBOURG - Le chômage chez les jeunes a explosé avec la pandémie. L'Adem dispose de mesures pour qu'ils trouvent un emploi.

storybild

L'État rembourse une partie des charges patronales à l'embauche d'un jeune en contrat appui-emploi ou contrat initiation-emploi.

Sur ce sujet
Une faute?

Le chômage des moins de 25 ans a bondi de 17,5 % au 2e trimestre 2019, à 23,3 % au 2e trimestre 2020, selon les données du Statec. Les jeunes sont souvent défavorisés sur le marché de l'emploi en raison de leur manque d'expérience, de compétences spécifiques ou de solides relations avec les employeurs. Ils le sont d'autant plus avec la crise, qu'ils occupent souvent des postes dans des secteurs très touchés, comme la restauration ou le commerce.

Déjà avant cette pandémie de Covid-19, l'Adem proposait des mesures pour aider ces jeunes à trouver un poste. Les personnes sans emploi, âgées de moins de 30 ans et inscrites depuis moins de trois mois à l'Adem, peuvent être embauchées auprès de l'État, d'une commune, d'un établissement d'utilité publique ou d'une ASBL via un contrat appui-emploi (CAE). Le contrat dure douze mois et peut être renouvelé de six mois. Pendant ce temps-là, le jeune est payé au salaire social minimum et est encadré par un tuteur.

Il existe aussi une mesure pour le secteur privé, le contrat initiation-emploi (CIE). L'embauche par le biais de ces contrats permet à l'employeur de bénéficier d'un remboursement partiel des indemnités et charges patronales, mais aussi d'une prime à l'embauche en cas de CDI sans période d'essai. En septembre dernier, il y avait 318 jeunes en CAE, 414 en CIE, contre respectivement 368 et 547 en septembre 2019.

(Marion Mellinger/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • La belle vie ! le 30.10.2020 10:58 Report dénoncer ce commentaire

    Quand j'étais jeune personne ne m'a aidé à trouver de l'emploi.Même " si il n'y avait pas de boulot " de disponible ( à ce moment là ) à la sortie des études. Fallait se débrouiller tout seul ! L'ADEM pourrait aussi mieux aider les +50 ans qui se font licencier avec des plans sociaux! Au lieu de leur dire que ça va être difficile à retrouver un emploi( car ils sont " vieux " en sous-entendu, trop chers, trop sur-qualifiés pour certains ). Vous êtes déjà "vieux" dans le monde du travail à 45 ans.Personne ne parle de ce problème là dans nos sociétés. Alors la solidarité, elle a bon dos!

  • citron le 30.10.2020 13:16 Report dénoncer ce commentaire

    le problème c'est que beaucoup de jeunes sont vite fatigués

  • Jules Ftérad le 30.10.2020 15:45 Report dénoncer ce commentaire

    Les jeunes? C'est à dire? Et les 40-45-50 ans, à l'ADEM depuis un lustre? On en fait quoi? 20 voire 25 ans de carrière pour leur dire qu'il sont trop ceci et trop cela? À la rue après tant d'années?

Les derniers commentaires

  • Jules Ftérad le 30.10.2020 15:45 Report dénoncer ce commentaire

    Les jeunes? C'est à dire? Et les 40-45-50 ans, à l'ADEM depuis un lustre? On en fait quoi? 20 voire 25 ans de carrière pour leur dire qu'il sont trop ceci et trop cela? À la rue après tant d'années?

  • citron le 30.10.2020 13:16 Report dénoncer ce commentaire

    le problème c'est que beaucoup de jeunes sont vite fatigués

  • La belle vie ! le 30.10.2020 10:58 Report dénoncer ce commentaire

    Quand j'étais jeune personne ne m'a aidé à trouver de l'emploi.Même " si il n'y avait pas de boulot " de disponible ( à ce moment là ) à la sortie des études. Fallait se débrouiller tout seul ! L'ADEM pourrait aussi mieux aider les +50 ans qui se font licencier avec des plans sociaux! Au lieu de leur dire que ça va être difficile à retrouver un emploi( car ils sont " vieux " en sous-entendu, trop chers, trop sur-qualifiés pour certains ). Vous êtes déjà "vieux" dans le monde du travail à 45 ans.Personne ne parle de ce problème là dans nos sociétés. Alors la solidarité, elle a bon dos!