Emploi au Luxembourg

01 août 2021 10:00; Act: 31.07.2021 18:50 Print

Des postes à pourvoir mais pas de candidats

LUXEMBOURG - À la fin du mois de juin, l'Adem avait 9 735 postes vacants dans ses fichiers. Malgré tout, les sociétés peinent à recruter dans certains secteurs.

storybild

«Depuis des années, il y a une inadéquation entre l'offre et la demande. Une partie des profils des candidats de l'Adem ne correspond pas aux métiers concernés par les offres». (photo: Pexels)

Sur ce sujet
Une faute?

9 735 postes sont déclarés vacants à l'Adem, pourtant, certains ont du mal à trouver preneurs. «Depuis des années, il y a une inadéquation entre l'offre et la demande. Une partie des profils des candidats de l'Adem ne correspond pas aux métiers concernés par les offres», explique l'Adem. «Nous cherchons des techniciens chefs de projets, soudeurs-plieurs et technico-commerciaux. Mais c'est très difficile à trouver. Si un candidat n'a des compétences que pour la soudure aluminium et pas acier, on est prêts aussi à former des gens via les centres de compétences», indique Franz Zepponi, administrateur-délégué chez Metalica.

Si Molecular Plasma Group n'a pas de mal à trouver des candidats dans le domaine administratif et financier, quand «nous proposons des postes de directeur commercial, coordinateur projets clients, spécialiste des applications, le recrutement est beaucoup plus difficile», confie Marc Jacobs, le CEO. La société développe et commercialise des technologies de pointe dans le domaine du nanorevêtement déposé par plasma atmosphérique.

Du côté de l'horeca, 80 % du personnel recherché l'est pour les métiers en cuisine et en salle. Même si des candidats sont proposés, «l'embauche ne se fait pas, parce qu'ils ne correspondent pas pour des raisons géographiques ou d'horaires, explique Dave Giannandrea à l'Horesca. Tous les métiers de l'artisanat et du commerce ont des difficultés à trouver les bonnes personnes et la crise a accentué ce phénomène. En partie parce que des cuisiniers et serveurs qui étaient au chômage partiel se sont reconvertis ailleurs».

(L'essentiel/Marion Mellinger)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.