Au Luxembourg

25 juin 2019 09:39; Act: 25.06.2019 09:52 Print

La dette détenue par les sociétés financières

LUXEMBOURG – Plus de la moitié de la dette luxembourgeoise appartient à des sociétés financières résidentes, le reste allant à des non-résidents, d’après une étude.

storybild

Avec 21,4% du PIB, la dette luxembourgeoise reste limitée, comparativement aux autres pays européens. (photo: Pixabay)

Sur ce sujet
Une faute?

La dette luxembourgeoise reste majoritairement dans les mains d’acteurs résidents. La plus grande partie de celle-ci (55%) est en effet détenue par des sociétés financières résidentes, d’après une étude publiée par Eurostat, basée sur des chiffres de 2018. Globalement, la dette grand-ducale reste limitée, à 21,4% du PIB, contre 80% en moyenne dans l’Union européenne.

Le Grand-Duché se distingue de ses partenaires européens, puisque la moitié d’entre eux ont confié plus de 50% de leur dette à des non-résidents. Pour le Luxembourg, cette part est de 44,1%, les 0,9% restants étant répartis dans le secteur non-financier résident.

Au niveau de la structure de la dette, le Luxembourg se distingue par un recours important aux prêts. Ces derniers représentent 32,1% des sommes totales, contre seulement 14,2% dans l’ensemble de l’UE. Mais la plus grande partie (65,6%) reste émise sous la forme de titres de créance.

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Superpapa le 25.06.2019 14:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah ça t'est on y arrive...la dette des états...seconde crise financière majeure. Celle de 2008 c'était du pipi de chat à côté...

  • Unicorn le 26.06.2019 10:49 Report dénoncer ce commentaire

    Quelles sont ces sociétés financières résidentes ? Pratiquement toutes des corporations internationales, résidentes pour cause de taxation, et voilà que la souveraineté du pays, l'indépendance du gouvernement dans ses réformes, quand il s'agi de taxer plus équitablement, prend un sacré coup.

  • Creuse pas la dette ! le 25.06.2019 14:41 Report dénoncer ce commentaire

    Pourvu que cela dure, car je vois déjà les petites souris ministérielles vouloir faire d'autres gros trous dans le fromage.... Faudrait mettre aussi une étiquette de A à E comme sur les bons et mauvais produits alimentaires sur les édiles qui aggravent la dette pour qu'on puisse les sanctionner lors des élections suivantes !

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 26.06.2019 10:49 Report dénoncer ce commentaire

    Quelles sont ces sociétés financières résidentes ? Pratiquement toutes des corporations internationales, résidentes pour cause de taxation, et voilà que la souveraineté du pays, l'indépendance du gouvernement dans ses réformes, quand il s'agi de taxer plus équitablement, prend un sacré coup.

  • Creuse pas la dette ! le 25.06.2019 14:41 Report dénoncer ce commentaire

    Pourvu que cela dure, car je vois déjà les petites souris ministérielles vouloir faire d'autres gros trous dans le fromage.... Faudrait mettre aussi une étiquette de A à E comme sur les bons et mauvais produits alimentaires sur les édiles qui aggravent la dette pour qu'on puisse les sanctionner lors des élections suivantes !

  • Superpapa le 25.06.2019 14:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah ça t'est on y arrive...la dette des états...seconde crise financière majeure. Celle de 2008 c'était du pipi de chat à côté...