Vendanges mosellanes

22 septembre 2020 12:46; Act: 23.09.2020 13:58 Print

«Le millésime 2020 sera fantastique»

SCHENGEN – Dans le sud-est du pays, les vendanges battent leur plein et les viticulteurs sont optimistes, en dépit de la sécheresse et du coronavirus.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Ils étaient des dizaines de vendangeurs à s'affairer ce mardi, dans les vignobles de Schengen, pour récolter le raisin d'un millésime qui s'annonce d'ores et déjà prometteur. «La qualité de cette année est fantastique dans toute la Moselle», affirme avec optimisme Joey Gloden, président des Domaines Vinsmoselle. Les températures élevées et un ensoleillement important ont permis au raisin d'arriver à maturité dans d'excellentes conditions.

Le fait que la quantité en 2020 soit nettement inférieure à celle des années précédentes ne pose pas de problème. «Nous prévoyons environ 30% de vin en moins cette année que d'habitude. Au total, nous produirons neuf à dix millions de litres. Les caves des vignerons sont de toute façon encore pleines», comme l'explique André Mehlen de l'Institut viti-vinicole (IVV). Les excédents proviennent de l'année dernière. En raison de la crise du coronavirus et de ses conséquences, de nombreux vignerons n'ont pas réussi à écouler leurs stocks. Et pour cause: les restaurants sont restés fermés durant des semaines, les foires au vin ont été annulées, les fêtes privées étaient beaucoup moins nombreuses. «Par rapport aux autres années, les viticulteurs n'ont pu vendre que la moitié de leur production au cours de l'exercice écoulé».

Des conditions météorologiques extrêmes de plus en plus fréquentes

Selon M. Mehlens, le faible rendement est dû à la sécheresse. «Il y a eu des périodes récurrentes sans une goutte de pluie. La fin de l'été et le début de l'automne ont également été très secs», dit-il. Les changements climatiques des dernières années ont rendu le travail des viticulteurs imprévisible. «Nous avons des conditions météorologiques extrêmes de plus en plus fréquentes», ajoute-t-il.

Un printemps relativement chaud peut notamment soudainement être interrompu par le gel qui détruit une partie des cultures. Les épisodes de sécheresse sont de plus en plus longs. Mais il y a également des périodes de fortes pluies. Si ce climat devenait la norme, les viticulteurs devraient se tourner vers des vignes qui sont ordinairement plutôt utilisées dans les pays de l'hémisphère sud.

«Plan B» pour les vendanges

Trouver des vendangeurs n'a, en revanche, pas été un problème, en dépit de la crise du coronavirus. «Nous avons, comme à l'accoutumée, pu faire appel à de la main-d’œuvre venue d'Europe de l'Est», explique M. Mehlen. Les vignerons de la Moselle avaient de toute façon songé à un plan B: «Si cela n'avait pas fonctionné, 300 chômeurs de l'Adem se tenaient à notre disponibilité pour nous prêter main forte», dit-il.

Le Premier ministre, Xavier Bettel, et le ministre de l'Agriculture, Romain Schneider, étaient également invités mardi, pour assister aux vendanges à Schengen. Comme l'a souligné le Premier ministre, il est extrêmement important pour les viticulteurs de susciter l'intérêt de la prochaine génération pour la profession. M. Bettel a toujours été impliqué dans la viticulture, car il est lui-même fils de négociant en vins. «Autrefois, je livrais plus de vin que je n'en buvais. Depuis, cette tendance s'est inversée», a-t-il conclu.

(Sebastian Weisbrodt/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ton petit voisin le 22.09.2020 23:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont fait appel à la main d'oeuvre de l'est plutôt qu'au chômeur de l'Adem... où est la logique?

  • Tomtom le 22.09.2020 23:15 Report dénoncer ce commentaire

    Et oui, qualité (raisons à maturation) ou quantité (pas de qualité, donc auparavant c'était pas terrible ou tout juste, donc on nous roulait bien dans la farine auparavant...), il faut choisir... A consommer avec modération de préférence chez soit...

  • Tour de la Moselle le 23.09.2020 10:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La plupart des vendangeurs viennent de Pologne, plus où moins 5 euros par jour de salaire !

Les derniers commentaires

  • 23.28 le 23.09.2020 23:34 Report dénoncer ce commentaire

    N N OCH 3 6n11531r Illustration par Jules Troncy dans l'ouvrage "Ampélographie : traité général de viticulture"

  • Tour de la Moselle le 23.09.2020 10:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La plupart des vendangeurs viennent de Pologne, plus où moins 5 euros par jour de salaire !

  • Tomtom le 22.09.2020 23:15 Report dénoncer ce commentaire

    Et oui, qualité (raisons à maturation) ou quantité (pas de qualité, donc auparavant c'était pas terrible ou tout juste, donc on nous roulait bien dans la farine auparavant...), il faut choisir... A consommer avec modération de préférence chez soit...

  • Unicorn.lu le 22.09.2020 23:04 Report dénoncer ce commentaire

    Moi je préfère encore bonne vodka, j'ai toujours vodka à la maison d'ailleurs ...

  • Ton petit voisin le 22.09.2020 23:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont fait appel à la main d'oeuvre de l'est plutôt qu'au chômeur de l'Adem... où est la logique?