Luxembourg/Europe

30 juillet 2021 20:52; Act: 31.07.2021 15:26 Print

Les banques peuvent-​​elles encaisser la crise?

LUXEMBOURG/EUROPE - Les établissements européens sont «robustes» et «ont généralement bien réussi le test» de résistance publié par l'Autorité bancaire européenne.

storybild

Dans le scénario du pire retenu pour ce test, qualifié de «très sévère» et couvrant une période de trois ans, le secteur bancaire européen subirait une dégradation de son capital de 265 milliards d'euros à l'horizon 2023. (photo: Pexels)

Sur ce sujet
Une faute?

Les banques européennes seraient en mesure d'encaisser sans trop de casse une grave crise économique marquée par une lourde chute de leurs réserves financières, d'après le résultat d'un vaste test de résistance publié vendredi par l'Autorité bancaire européenne. Dans le scénario du pire retenu pour ce test, qualifié de «très sévère» et couvrant une période de trois ans, le secteur bancaire européen subirait une dégradation de son capital de 265 milliards d'euros à l'horizon 2023, a fait savoir l'autorité dans un communiqué.

Ce scénario du pire étudie les effets d'une période prolongée de crise sanitaire du Covid-19 couplée à un environnement de taux «plus bas pour plus longtemps», avec comme point de départ l'année 2020 marquée par un environnement économique déjà dégradé. En pratique, cette situation se traduirait par une chute du produit intérieur brut de l'Union européenne de plus de 3% sur trois ans, avec un repli généralisé dans tous les pays.

De lourdes pertes pour certaines

À l'issue d'un tel choc, le ratio de fonds propres «durs», indicateur clé de mesure de la solidité financière, passerait pour l'ensemble du secteur bancaire européen de 15% à environ 10%, un niveau globalement considéré comme acceptable par les superviseurs après trois années de stress. Ce niveau constitue toutefois une moyenne: au total, vingt banques sur les cinquante testées tomberaient sous la barre de 10% à l'issue des trois ans, montrent les données de ce test mené conjointement avec la Banque centrale européenne.

L'établissement italien Monte dei Paschi di Siena, en difficulté de longue date et en passe d'être racheté par UniCrédit, ferait même face à des fonds propres négatifs, de -0,10%. En outre, certaines subiraient de très lourdes pertes, à l'image de l'allemande Deutsche Bank qui afficherait fin 2021 une perte de plus de 10 milliards d'euros, la française BNP Paribas une perte de 11 milliards ou encore l'espagnole Santander une perte de plus de 5 milliards.

Un test «d'une sévérité inouïe»

Mais, de manière générale, les établissements européens se révèlent «robustes» et «ont généralement bien réussi le test», a affirmé Luis De Guindos, le vice-président de la BCE, dans une interview au quotidien allemand Handelsblatt publiée vendredi. Dans le détail, ce test masque des situations hétérogènes parmi les banques: la dégradation du capital serait plus marquée au sein des établissements peu diversifiés à l'international et pour ceux disposant de revenus d'intérêt plus faibles, a précisé l'Autorité bancaire européenne.

Comme lors des précédents tests, les pertes sur crédit ont été responsables de la majeure partie de la dégradation du capital. Les plus lourdes ont été mesurées en France, talonnée par l'Allemagne et l'Italie. Le scénario examiné entraînerait également une diminution importante des bénéfices, en particulier une baisse plus importante des revenus tirés des intérêts que celle mesurée lors de précédents exercices.

«Les hypothèses retenues ont été d'une sévérité inouïe», grince toutefois un patron de banque, qui ne souhaite pas être identifié. Initialement prévu en 2020, ce test avait été reporté en 2021 en raison de la pandémie mondiale du Covid-19. Lancé en janvier, il couvre 50 établissements de quinze pays en Europe, représentant 70% des actifs du secteur bancaire européen.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pandor le 31.07.2021 07:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    diminuer le salaire mirifique des directeurs administrateurs

  • le canard enchaîné le 30.07.2021 21:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    oui ils encaissent en permanence

  • prappers 57 le 01.08.2021 21:20 Report dénoncer ce commentaire

    achetez des pieces d or et une base autonome durable dans une region recule

Les derniers commentaires

  • prappers 57 le 01.08.2021 21:20 Report dénoncer ce commentaire

    achetez des pieces d or et une base autonome durable dans une region recule

  • LA VERITE le 01.08.2021 15:36 Report dénoncer ce commentaire

    SI ILS LE DISENT C EST QUE C EST VRAI

  • Mago le 01.08.2021 09:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quelle crise pour eux? Ils se remplissent de plus en plus les poches, bâtissent des sièges et des bureaux de plus en plus grands, achètent des oeuvres d’art à des millions d’euros et en même temps ferment toutes les agences et restructurent afin de réduire leurs côuts!!!!

  • Mouton tondu le 01.08.2021 09:30 Report dénoncer ce commentaire

    Les banques von mal très mal et pas seulement depuis la crise Covid mais depuis 2008 . On a payé nous cette débcle mais ce n’était qu’un pansement sur une fracture . Quand deux banques fusionnent ça veut dire que les deux banques vont ,pmal très mal et vont donner une grande banque qui sera mal. Tout pour gagner du temps

  • Dorian le 01.08.2021 08:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Se débrouiller pour avoir une ligne de crédit supérieur à ses avoirs, comme ça si la banque fait faillite, je suis en positif car je ne rembourserai pas un centime de mon crédit.