Covid au Luxembourg

15 octobre 2020 11:45; Act: 15.10.2020 13:05 Print

Les salariés en première ligne exposés à la pauvreté

LUXEMBOURG - Lors de la crise sanitaire, le pays a pu compter sur des salariés pour gérer la crise. Des salariés souvent exposés à la précarité.

storybild

Les agents de nettoyage font partie des salariés en première ligne. (photo: Anton Shoutvin)

Sur ce sujet
Une faute?

Quand la crise sanitaire a éclaté, les salariés ont été scindés en deux: les non essentiels (33%) et les essentiels (66%) à la gestion de la situation. Et parmi ces essentiels, la moitié était en première ligne, soit 33% des salariés. Ainsi, le pays a pu compter sur 150 000 «Frontline workers», comme les appellent le Statec. Des hommes et des femmes qui ont été particulièrement exposés et dont le Statec a tenté de dresser le portrait.

Premier fait saillant: 48% de ces Frontline workers sont des femmes alors que la gent féminine ne représente que 38% de l'ensemble des salariés. C'est sans doute à lier aux professions qui ont été les plus mobilisées: les professions de santé bien sûr, 13% des Frontline workers sont des infirmiers, des aides-soignants et autres intermédiaires de santé. Viennent ensuite les enseignants (11,3%) puis les agents d'entretien et de nettoyage (10,9%), puis les conducteurs de poids lourds et d'autobus (8,2%) et les commerçants, vendeurs et caissiers (6,7%).

Moins bien payés

Exceptés les enseignants, le Statec note que ces emplois «Frontline», de niveau d'éducation moins élevé, sont composés davantage de postes peu qualifiés et présentent plus de temps partiels et de contrats à durée déterminée. Résultat: ces salariés en première ligne gagnaient en moyenne 23,9 euros bruts de l'heure quand la moyenne des salariés était de 25,6 euros bruts.

Ainsi, paradoxalement, ceux sur lesquels s'est appuyé le pays sont les plus exposés au risque de pauvreté. Dans son rapport travail et cohésion sociale présenté ce jeudi, le Statec note que le taux de risque de pauvreté continue de progresser au Luxembourg: en 2019, 17,5% des personnes avaient un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté (1 804 euros) contre 14,9% il y a 10 ans. Près d'un quart des ménages déclarent avoir du mal à joindre les deux bouts.

Les ménages peuvent compter sur les transferts sociaux qui représentent en moyenne 26,7% de leur revenu brut: sans l'intervention de l'État, le taux de pauvreté des ménages se situerait à 26,5% (et non à 17,5%), soit 9 points de pourcentage en plus! L'action de l'État réduisait la pauvreté plus fortement il y a quelques années (entre 11 et 14 points d'écart entre 2009 et 2015).

(Marion Chevrier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • toutçapourça le 15.10.2020 12:28 Report dénoncer ce commentaire

    c'est bien de constater que les moins bien payés sont les plus importants,et pas qu'en periode de Covid...des idées pour resoudre ce probleme?

  • benvoyons le 15.10.2020 12:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les gens en moyenne 23,...euros par heure,chere statec apprenez asavoir livre des paies,une femme de mdnage,une caissières ou autres tournent a moins de 13,5 euros brut par heures,ca rend des statistiques surelevees juste pour donner de fausses images,quand a la sante surpayes au niveau fonction publique

  • Mia le 15.10.2020 12:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A part les fonctionnaires de l’état tous les autres salaires sont plus près des 15 €que des 25 € le fossé ce creuse de plus en plus malgré que les gens à 15 € font tourner le pays sans eux plus rien ne fonctionne

Les derniers commentaires

  • Dark le 16.10.2020 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oubliée.

  • zazite le 16.10.2020 12:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    rappelons nous qui a travaillé pendant le confinement ! ? pour pouvoir avoir le ventre plein ! les juges, les avocats, architectes.... .... et toutes les autres que ne vais pas citer..... NO NO NO sont les misérables salariés à 15 € et mois qui on travaillé pour nous.... Svp un peu de respect et une augmentation de salaire ! Merci a vous pour me laisser rester bien protégé chez moi! Je ne vous oubliez jamais !

  • une lux le 16.10.2020 10:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et oui on a bosser et on bosse encore pour un salaire pas toujours bien gros mais bon on est juste des caissières ou des rayonneuses ou des patissières voir des femmes de charges donc on a justecke smic

  • mosquito le 16.10.2020 10:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vous oubliez aussi tous les agents de sécurité !

  • citron le 16.10.2020 10:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien dit on ne parle jamais des employés de la restauration