Économie au Luxembourg

20 février 2020 11:40; Act: 20.02.2020 13:55 Print

Plus d'entreprises souhaitent s'établir au Luxembourg

LUXEMBOURG - Le ministre des Classes moyennes a détaillé jeudi les chiffres des autorisations d'établissement, qui soulignent la bonne santé de l'entrepreneuriat au Luxembourg.

storybild

Le ministre des Classes moyennes Lex Delles a présenté ce jeudi le bilan des autorisations d'établissement au Luxembourg sur l'année 2019.

Sur ce sujet
Une faute?

En 2019, 12 014 autorisations d'établissement ont été demandées à la direction générale des classes moyennes, soit 5,9% de plus qu'en 2018 (11 342 demandes). 87,9% d'entre elles ont été acceptées. Lex Delles, ministre des Classes moyennes, qui présentait ces chiffres ce jeudi matin, constate que «sur dix ans, on a environ 20% d'augmentation des demandes, cela montre que l'entrepreneuriat fonctionne au Luxembourg».

Le ministre a surtout mis l'accent sur la durée de traitement des demandes d'établissement, la principale marge de progression, selon lui: «Notre objectif est de l'améliorer nettement, c'est une question de compétitivité par rapport aux autres pays européens. Mais on ne sera jamais un pays qui pourra émettre des autorisation après une heure, car on a des contrôles qui prennent du temps. On veut diminuer la durée sans diminuer la qualité des traitements». En 2019, le temps de traitement a baissé de 9,8 à 9,4 jours en moyenne.

Les SARL-S ont le vent en poupe

Le bilan revient aussi sur l'intensité des conversations entre la direction générale des classes moyennes et les PME: en 2019, près de 10 000 appels téléphoniques et 18 000 courriels ont été échangés au sujet des demandes d'autorisations d'établissement. Les effectifs de la House of Entrepreneurship ont d'ailleurs été doublés pour assurer un accompagnement plus fluide.

Enfin, Lex Delles a souligné le succès de la forme juridique SARL-S (société à responsabilité limitée simplifiée) remodelé en mai 2016. «C'est un nouveau format que les gens commencent à connaître mieux» indique-t-il. Le nombre de demandes pour ce format a bondi d'un quart environ entre 2018 et 2019, et représentait 21,7% des demandes d'autorisation, l'année dernière.

(Valentin Rakovsky/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • yoo le 20.02.2020 13:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Résultat très relatif si on met en face le nombre de faillites ...

  • Simba le 20.02.2020 16:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est simple tout l'emploi au Luxembourg est destiné aux frontaliers, sans aucune action de Mr.Bauch promu vice PM pour le récompenser.

  • ADEM le 20.02.2020 15:24 Report dénoncer ce commentaire

    Entre temps le chômage est monté de 10% en un mois...tout va bien !!!

Les derniers commentaires

  • algu le 25.02.2020 12:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des emplois pour frontaliers, evidemment les rares actifs Luxembourgeois sont tous a la recherche d un poste dans la fonction publiques

  • MPG le 24.02.2020 18:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bah oui ,mais pour Quoi tant d’interêt pour le Luxembourg.!!!!!!!!ça sent pas bon !!!!!!!

  • Victot Hugo le 22.02.2020 18:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah oui??? Pour la boîte aux lettres fiscale ???

  • Charles le 22.02.2020 13:38 Report dénoncer ce commentaire

    Un paradis fiscal ou les travailleurs paye plus d impôts que les entreprises....

  • Sou ass et le 21.02.2020 09:55 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème n'est pas de trouver un travail au GDL, mais un logement. Il y a un problème de prix et de choix. Beaucoup de pourritures à prix super excessifs.