Tendance au Luxembourg

25 août 2021 09:00; Act: 25.08.2021 09:30 Print

Un baby-​​foot entre collègues pour lancer la journée

LUXEMBOURG - De plus en plus de patrons font installer un espace détente au bureau. Une tendance qui profite aux employés, aux clients… et au business.

storybild

La tendance est simple: utiliser un espace disponible au sein des locaux de l'entreprise et en faire une salle de jeux. Chez Elgon SA, société de consultance informatique à Koerich, c’est un petit paradis qui a vu le jour. (photo: Elgon SA)

Sur ce sujet
Une faute?

Et si votre journée de travail commençait par un petit billard? Une partie de fléchettes? Ou non, mieux encore, avec tous les collègues autour du baby-foot? L'idée pourrait paraître saugrenue et pourtant c'est le pari de certains patrons au Luxembourg. «Depuis une dizaine d'années», témoigne Éric Masse, responsable de l'entreprise Mass'Automatic, spécialiste du jeu, implantée depuis 1964 à la frontière française et qui compte de nombreux clients désormais au Grand-Duché. KPMG, Auchan, des sociétés d'avocats, de grands groupes d'audit et même, maintenant, des petits artisans. La liste s'allonge et tous ont un point commun: «Miser sur le bien-être au travail, la convivialité... et les retours ne sont que positifs», raconte Éric Masse.

La tendance est simple: utiliser un espace disponible au sein des locaux de l'entreprise et en faire une salle de jeux. Ce que l'on retrouvait dans les cafés il y a quelques années s'est exporté sur le lieu de travail. Chez Elgon SA, société de consultance informatique à Koerich, c’est un petit paradis qui a vu le jour au sein du centre de formation. Employés et clients, qui viennent suivre des trainings de plusieurs jours, peuvent profiter d’une salle de jeux à faire pâlir les professionnels du secteur. On y trouve, entre autres, un billard, un flipper, une borne de jeux d’arcade. Café du matin, pause de midi, afterwork… tout est bon pour y passer un moment de détente. «La plupart des clients adorent l’idée», confie Delphine Poncelet, assistante exécutive.

«Les problèmes sont plus faciles à aborder»

Le budget consacré est confidentiel, mais il atteint clairement plusieurs dizaines de milliers d’euros en matériel et aménagement. «En moyenne, c’est environ 5 000 euros. Comptez près de 2 000 euros rien que pour un bon baby-foot, explique Éric Masse. Il n’est pas rare de voir le patron qui retrousse ses manches et vient jouer avec les équipes. Comme des gamins!». Un état d’esprit que confirme Delphine Poncelet pour Elgon: «Certains habitués viennent plus tôt le matin pour en profiter avant de commencer le training».

Cette tendance, même malmenée par la crise sanitaire, a de beaux jours devant elle et prouve surtout que la bonne humeur au bureau n’empêche en rien la rigueur. «Les problèmes sont même plus faciles à aborder», estime Eric Masse. «Chacun peut se détendre, échanger, rencontrer des personnes du même secteur provenant d’autres sociétés», abonde Delphine Poncelet. Le business se joue donc aussi en pleine partie de air hockey.

«Il y a la nostalgie de ceux qui ont connu ça dans les cafés, et puis, il y a les plus jeunes qui aiment l’objet», constate encore Eric Masse, lequel installe aussi de plus en plus d’espaces du genre chez des particuliers au Luxembourg.

(L'essentiel/Nicolas Chauty)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.