Coronavirus au Luxembourg

17 juillet 2020 14:22; Act: 17.07.2020 15:33 Print

L'État a connu un déficit de 2,6 milliards en 6 mois

LUXEMBOURG - Les mesures de relance mises en place par le gouvernement face au Covid ont eu un «impact considérable» sur les finances publiques.

storybild

La dette publique continue à être en ligne avec le seuil de 30% fixé par le gouvernement, souligne Pierre Gramegna, le ministre des Finances. (photo: AFP/Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

2,6 milliards d'euros. C'est le montant du déficit que l'État a enregistré au cours des six premiers mois de l'année. «Un déficit qui n'était pas prévu», a indiqué ce vendredi matin, Pierre Gramegna, le ministre des Finances, lors de la présentation de l’évolution budgétaire aux membres de deux commissions parlementaires (Finances et Budget, Contrôle de l’exécution budgétaire).

«Le gouvernement était, dès le départ, conscient, que la crise sanitaire et économique liée à la propagation du Covid-19 constituerait un défi sans précédent pour le Grand-Duché, explique Pierre Gramegna, dans un communiqué. Il a pu mettre en œuvre des mesures de relance atténuant les risques de mise en chômage et soutenant les entreprises par des mesures en faveur de la liquidité et des aides financières. Cela a inévitablement eu un impact considérable sur les finances publiques». Dans le même temps, le ministre des Finances souligne que ces mesures ont «renforcé la capacité de l’économie de redémarrer».

La dette publique «en dessous de la limite»

La dette publique s’élève, elle, à environ 15 milliards d’euros, ce qui correspond à 25,4% du PIB. «La dette publique continue donc à être en ligne avec le seuil de 30% fixé par le gouvernement et reste largement en dessous de la limite de 60% définie au niveau européen», relativise le ministère des Finances. Sans crise, la dette serait de 18% par rapport au PIB, selon Pierre Gramegna. «Tant que la dette reste sous ce seuil, le "Triple A" du Luxembourg ne sera pas impacté», a-il expliqué aux députés.

Dans le détail, les recettes de l’Administration centrale au deuxième trimestre 2020 ont chuté de -12,1% par rapport à juin 2019, soit une baisse absolue de -1,2 milliard d’euros. «Cette moins-value se compose en majorité des pertes en recettes constatées au niveau des trois administrations fiscales s’élevant à -957,6 millions d’euros, qui sont le résultat de l’affaiblissement général de l’économie et des mesures fiscales visant à subvenir aux besoins de liquidités des entreprises», explique le ministère.

Les prestations sociales explosent

Les dépenses de l’Administration centrale connaissent, quant à elles, une hausse de +21,9% par rapport à juin 2019. Cette augmentation, équivalant à +2,05 milliards d’euros en absolu, est «surtout liée» à l’impact budgétaire des mesures sanitaires, sociales et économiques décidées par le gouvernement dans le contexte de la crise Covid-19 et de la volonté du gouvernement de maintenir les investissements «à un niveau élevé», commente le ministère des Finances.

Les prestations sociales ont notamment augmenté de 88,6% par rapport à juin 2019, «principalement en raison des dépenses liées au chômage partiel», note-t-il. Le ministre du Travail, Dan Kersch avait d'ailleurs indiqué la semaine dernière que le gouvernement aura dépensé la somme d’un milliard d’euros, à la fin de l’année, pour le chômage partiel, dont le recours a été facilité jusqu'à cette date.

La situation détaillée des finances publiques au 30 juin 2020 ici .

(ol/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Avis le 17.07.2020 14:30 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui m'attriste ce sont tous ces gens qui ne se donnent même pas la peine de respecter les mesures prudentielles (masque, distance, lavage des mains...) et qui contribuent ainsi à la reprise de l'épidémie... Toutes ces dépenses de l'Etat pour finalement rien (nous en sommes presque au même nombre de cas qu'avant le confinement). N'oubliez que l'argent de l'Etat c'est aussi notre argent, nos impôts... Nous gaspillons notre argent en ne faisant pas attention (et pas seulement)

  • Steffes le 17.07.2020 16:02 Report dénoncer ce commentaire

    Allez contrôler dans les restaurants-->des gens qui sont au chômage technique et qui travaillent. L'état paie même des chômages techniques à des gens qui ne travaillent plus depuis des années. L'état semble bien aveugle.... Maintenant si ces abus font vraiment mal au budget, difficile à dire

  • bienentendu le 17.07.2020 17:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on est en plein dedans et on connait le même nombre d'absentéisme que lors de la première vague. Ca devient un calvaire car on a toujours plus de travail pour moins de personnels. Et c'est ca qui va nous achever.

Les derniers commentaires

  • Jingsa le 19.07.2020 15:59 Report dénoncer ce commentaire

    De la petite monnaie pour les 11 familles qui dirige Luxembourg

  • Unicorn le 18.07.2020 13:38 Report dénoncer ce commentaire

    Tous ces chiffres ne veulent rien dire, sauf que certains en profiteront et que d'autres en payeront le prix. Ce n'est qu'un accélérateur du transfert de la richesse et de la valeur du travail au détriments de la grande masse au profit d'une élite.

  • ginoboni le 18.07.2020 09:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les gens qui sont restés à la maison pour garder enfants avec femme qui travaille pas ? Personne contrôle rien dans ce pays on donne les sous

  • Tomtom le 17.07.2020 23:48 Report dénoncer ce commentaire

    Sans compter les nombreux frontaliers impactés n'étant pas repris sous le régime lux...

  • Lisez News ogbl le 17.07.2020 22:05 Report dénoncer ce commentaire

    incroyable... pourtant les hôpitaux tournent avec 82% du personnel par rapport à ce que le système PRN dit qu'il faudrait octroyer... et on est quand même en déficit