Au Luxembourg

18 janvier 2021 09:00; Act: 18.01.2021 14:57 Print

Un nombre de faillites stable, pour l'instant

LUXEMBOURG - L'effet de la crise économique liée à la pandémie de Covid ne s'est pas traduit en faillites.

storybild

Les aides de l'État permettent de limiter le nombre de faillites. (photo: Julien Garroy)

Sur ce sujet
Une faute?

Les aides de l'État pour limiter les conséquences de la crise sanitaire sur le plan économique «retardent le développement de faillites». Le nombre d'entreprises ayant mis la clé sous la porte au Luxembourg l'an passé est resté «presque le même par rapport aux deux années précédentes», relève Creditreform, dans un bilan annuel. Avec 1 199 faillites d'entreprises recensées en 2020, la baisse est la même de 5,07% sur un an, relève la société de recouvrement de créances. Elles s'élevaient à 1 263 en 2019 et 1 195 en 2018.

Le secteur des services est à nouveau le plus touché avec 882 déconfitures en 2020, un chiffre stable. Dans l'hôtellerie-restauration (horeca), secteur pourtant particulièrement affecté par les restrictions liées au Covid, on enregistre une baisse de 25,14% des faillites sur un an, avec 128 cas. Dans le commerce (214 faillites d'entreprises en 2020 contre 253 en 2019), et la construction (de 124 à 92 cas), on constate aussi un recul.

«L'expiration des aides corona sera décisive pour le développement des faillites en 2021. Toutefois, en raison de la vigueur du secteur des services, les augmentations seront probablement plus faibles que dans les pays voisins», note Herbert Eberhard, administrateur délégué de Creditreform Luxembourg.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • packtiech le 18.01.2021 09:15 Report dénoncer ce commentaire

    ben attendez encore un peu le nombre des faillites va exploser! On fait un pari?

  • julie le 18.01.2021 10:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi mettre la photo d un magasin qui n était pas en faillite mais qui a cessé depuis longtemps déjà son commerce

  • Republique bananière le 18.01.2021 09:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ces aides d’Etat tiennent en vie aussi des sociétés fantômes...en aidant tout le monde on jette aussi de l’argent à des sociétés qui en période normale auraient fait faillite. Le moindre des mal? C’est ce que l’Etat semble croire

Les derniers commentaires

  • question le 19.01.2021 09:09 Report dénoncer ce commentaire

    une vie de sauvé pour une vie de détruite. Est-ce vraiment la bonne méthode ?

  • veritis le 18.01.2021 20:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pour l'instant....

  • Palamunitan le 18.01.2021 18:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    OU EN SONT LES VACCINATIONS !

  • Angelo51 le 18.01.2021 16:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est un peu comme avec le Covid, on sacrifie d’énormes moyens pour sauver des personnes dont l’espérance de vie était déjà très limitée.

    • ve1bar.r? le 18.01.2021 16:37 Report dénoncer ce commentaire

      personnes qui ont cree la richesse au GDL et dont vous semblez en profiter. vous aussi faites partie de celles et ceux la ou ... ?

  • Angelo51 le 18.01.2021 16:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et on continue à confiner. Comme le rebond prévu après le congé pénitentiaire de Noël et ses règles ridicules n’a pas été au rendez-vous il faut bien trouver autre chose avec le variant anglais et puis sûrement sud-africain pour impressionner les naïfs. Donc oui toute cette imbécilité se payera au prix d’une explosion des faillites. Gerusalemma...!