Étude/Paradis fiscaux

06 septembre 2021 07:37; Act: 06.09.2021 13:48 Print

Le Luxembourg, lieu «privilégié» pour les banques

LUXEMBOURG/MONDE - Malgré les révélations des Panama Papers ou des LuxLeaks, les pratiques fiscales visant à échapper à l’impôt persistent au sein de l’UE.

storybild

Quartier financier de Francfort. (photo: REUTERS)

Sur ce sujet
Une faute?

Les banques européennes n’ont pas réduit leur présence dans les paradis fiscaux ces dernières années, malgré plusieurs scandales ayant révélé les pratiques douteuses des multinationales pour échapper à l’impôt, selon une étude publiée lundi par un bureau de recherche indépendant. Les principales banques européennes enregistrent chaque année 20 milliards d’euros, soit 14% de leurs bénéfices totaux, dans 17 territoires à la fiscalité particulièrement favorable, a calculé l’Observatoire européen de la fiscalité, qui est hébergé à l’École d’économie de Paris. Ce pourcentage est resté stable depuis 2014.

«Malgré l’importance croissante de ces questions dans le débat public et dans le monde politique, les banques européennes n’ont pas réduit de manière significative leur recours aux paradis fiscaux», affirme cet organisme qui est financé par la Commission européenne et dirigé par l’économiste français Gabriel Zucman, spécialiste de ces questions.

36 banques passées en revue

L’Observatoire a passé en revue les données publiées par 36 établissements financiers sur la période 2014-2020. Il identifie 17 États et territoires comme des destinations privilégiées, parmi lesquels les Bahamas, les Îles vierges britanniques, les Îles Caïmans, Jersey et Guernesey, Gibraltar, Hong Kong, Macao, Panama ou encore les États membres de l’UE que sont Malte et... le Luxembourg.

«Les bénéfices comptabilisés dans les paradis fiscaux sont anormalement élevés: 238 000 euros par employé, contre 65 000 euros dans les autres pays. Cela suggère que les profits enregistrés dans les paradis fiscaux sont essentiellement déplacés depuis d’autres pays où a lieu la production de services», estiment les experts de l’Observatoire.

Parmi les grandes banques, ils identifient HSBC comme la championne de ces pratiques. Plus de 62% de ses bénéfices avant impôt ont été comptabilisés dans des paradis fiscaux entre 2018 et 2020, contre 49,8% pour l’italienne Monte dei Paschi (BMPS) qui arrive en deuxième position. Standard Chartered (29,8%) complète le podium. Les allemandes Deutsche Bank et NordLB arrivent en 4e et 5e position.

LuxLeaks et Panama Papers

Les scandales LuxLeaks, en 2014, puis Panama Papers ont placé le sujet de l’évasion fiscale sur le devant de la scène et provoqué un durcissement des obligations de transparence financière. Des négociations sont en cours à l’OCDE pour une imposition minimum des profits des multinationales afin de lutter contre les paradis fiscaux.

L’Observatoire estime qu’un taux minimum de 15% sur les banques permettrait de générer 3 à 5 milliards d’euros de recettes supplémentaires pour les pays européens. Ces chiffres tripleraient pour atteindre 10 à 13 milliards avec un taux de 25%.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • FormuleMagique le 06.09.2021 08:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Attirer les capitaux du monde entier, vendre énormément de carburants et cigarettes aux frontaliers des pays voisins qui viennent y travailler, telle est la formule magique pour financer un capitalisme "social" et "national iste" en faveur des fonctionnaires et autres assimilés (CFL, Post, gemeng, société dites d'économie mixte et autres ASBL) qui sont employés dans un secteur protégé par une barrière linguistique et le népotisme.

  • L'ecclésiaste. le 06.09.2021 08:12 Report dénoncer ce commentaire

    Rien de nouveau sous le soleil, de septembre

  • Albatros le 06.09.2021 09:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quelle étude! Vraiment de qualité! Vraiment? Comment arrivent-ils à leurs conclusions? En fait, si j’ai bien compris, ils ont comparé la part du chiffre d’affaires et bénéfice des banques dans le PIB du pays où ils sont localisées. Et si dans un pays donné, le secteur bancaire était plus important que dans la moyenne des autres pays, l’explication devait forcément être que ce pays serait un paradis fiscal? Wow, quelle méthodologie scientifique et objective!

Les derniers commentaires

  • faut pas rever le 08.09.2021 21:38 Report dénoncer ce commentaire

    SUREMENT PAS POUR LES PETITES GENS TVA QUI AUGMENTE TAXES ECOLOS SUR LE DIESEL ? TAXES SUR LA GESTION DES POUBELLES 10 euros par an c est nouveau et j en oublie alors paradis fiscal pour qui ????

  • un vieux luxembourgeois le 07.09.2021 08:11 Report dénoncer ce commentaire

    NE CROYEZ PAS TOUT CE QUI EST ecrit le luxembourg n est pas un paradis fiscal pour les petites gens , les grossum c est une autre affaire

  • KeeHeckenfranzose le 06.09.2021 16:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des milliers de frontaliers devenus fonctionnaires ? Seulement 10% des fonctionnaires n'ont pas la nationalité luxembourgeoise. 95% des fonctionnaires de l'administration publique sont luxembourgeois et c'est 90% pour les enseignants. C'est un jeu de dupes, les dés sont pipés! Les frontaliers vieillissants n'ont pas vocation à tenir le coup dans le privé et sont remplacés des frontaliers plus jeunes! Du coup, c'est les pays limitrophes dont ils sont issus qui paient la facture de la casse sociale ( chômage, invalidité etc...)

  • Ça pue le 06.09.2021 16:22 Report dénoncer ce commentaire

    Les banques vont mal très mal sinon pourquoi il y a les taux négatifs et l‘hyperinflation. La crise Covid a bon dos. Depuis la crise de 2008 les pays ne vivent qu‘à dose de fausse monnaie fabriquée par les banques centrales, accentués par la crise Covid. Journaliste intéressant à suivre pour plus d‘infos est l‘excellent Pierre Jovanovic . Son son de cloche n‘est pas le même

    • Jerome :?! le 06.09.2021 16:55 Report dénoncer ce commentaire

      Je crois qu'on ne vit pas dans la même réalité. Depuis quand est-ce qu'on a de l'hyper inflation ?!? Il me semblait que le problème était plutôt une inflation quasi nulle ? Les taux négatifs n'ont rien à voir avec l'état des banques (c'est même du poison pour les banques) mais uniquement à certains pays dont la croissance n'est pas solide (eg Italie, Espagne, Grèce.. et dans une certaine mesure, la France).

  • Hugo Victor le 06.09.2021 15:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas étonnant !! Les histoires luxembourgeoises fiscales ont la vie longue... on ne mets pas assez l’accent sur les mesures prises.... mais on ne touche pas aux gros poissons... c’est sans doute pour cela... cette prise de position...