Crise immobilière

09 septembre 2018 11:03; Act: 10.09.2018 13:58 Print

10 ans après la crise, les Islandais très endettés

L'Islande a connu une crise économique majeure en 2008, touchant notamment l'immobilier. Les habitants commencent à peine à s'en remettre.

storybild

Des Islandais se sont largement endettés pour acheter leur maison. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Dix ans après la crise financière, des familles islandaises continuent de se saigner aux quatre veines pour sauver leur logement, acheté à crédit via des prêts en tout point toxiques. Sous la menace d'une expulsion depuis 2012, Ásthildur Thórsdóttir et Hafthór Ólafsson ont sacrifié un temps incalculable et beaucoup d'argent pour garder leur maison. «Je ne sais pas si j'aurais commencé ce combat si j'avais su tout ce que cela nous coûterait», lâche, désabusée, Ásthildur, professeure de grammaire de 51 ans. Le couple a acheté en 2007 une maison de 165 m² pour 55,4 millions de couronnes (environ 660 000 euros) dans un quartier résidentiel de Reykjavík.

Ils s'endettent pour 40 ans. Leur prêt de 30,4 millions de couronnes est indexé sur le franc suisse et le yen, historiquement stables. Un an plus tard, en octobre 2008, les banques islandaises sont en cessation de paiement, entraînant le pays tout entier dans leur chute. Selon une enquête de 2011 de l'Association islandaise des services financiers (SFF), 70 000 Islandais (sur une population de 318 000) ont souscrit des prêts aux taux alléchants. Mais en quelques mois, la couronne islandaise s'effondre de plus de 50%, faisant décoller l'inflation jusqu'à 18%. Les ménages, dont les crédits sont indexés soit sur l'évolution des prix soit sur les devises étrangères, voient leurs mensualités exploser.

Procédure d'expulsion

«L'emprunt a plus que doublé et est monté jusqu'à 74 millions de couronnes, dépassant même la valeur de la maison», se souvient Hafthór. En juin 2010, la Cour suprême statue que les prêts indexés sur des devises étrangères étaient illégaux et que les familles ne sont plus tenues de rembourser la part liée aux pertes de change. S'engage alors une bataille judiciaire pour les familles assignées par les banques. Le coût pour les banques est d'environ 200 milliards de couronnes, soit à cette époque environ 10 à 15% du PIB, et d'un peu plus 100 milliards de couronnes pour le gouvernement.

Mais près de 6 000 Islandais ont perdu leur maison après adjudication entre 2008 et 2015, selon des chiffres rendus publics par le Parlement. Sans compter ceux qui ont dû s'en séparer pour payer leur dette et qu'aucune statistique officielle ne peut répertorier. Pour Ásthildur et Hafthór, la procédure d'expulsion de leur maison lancée en 2012 en raison des impayés est toujours en cours. «Nous paierons ce que nous devons lorsque ce sera légalement calculé», assure Hafthór.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Kli le 11.09.2018 10:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cela n’a rien a voir avec l’UE. L’Islande comme les autres pays nordics a de solides institutions et peut ainsi se redresser. La Grece malgre une decennie au purgatoire continue d’avoir des institutions faibles et minees par la corruption, malgre des progres. Tous les pays ne sont pas egaux...

  • Taka Takata le 09.09.2018 11:36 Report dénoncer ce commentaire

    Entre-temps regardez comment l'Islande s'est reprise de la crise de 2008 sans que l'UE ne s'en mêle... ci-dessous l'évolution du PIB sur 30 ans, c'est édifiant si on compare à la catastrophe que l'UE, justement, a combiné en Grèce.

Les derniers commentaires

  • Kli le 11.09.2018 10:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cela n’a rien a voir avec l’UE. L’Islande comme les autres pays nordics a de solides institutions et peut ainsi se redresser. La Grece malgre une decennie au purgatoire continue d’avoir des institutions faibles et minees par la corruption, malgre des progres. Tous les pays ne sont pas egaux...

  • Taka Takata le 09.09.2018 11:36 Report dénoncer ce commentaire

    Entre-temps regardez comment l'Islande s'est reprise de la crise de 2008 sans que l'UE ne s'en mêle... ci-dessous l'évolution du PIB sur 30 ans, c'est édifiant si on compare à la catastrophe que l'UE, justement, a combiné en Grèce.

    • Andy le 09.09.2018 13:59 Report dénoncer ce commentaire

      Ci dessous l’evolution du PIB.... mais où exactement ci-dessous?

    • Roboberta Menchu le 09.09.2018 16:42 Report dénoncer ce commentaire

      Bien d'accord avec vous et on accuse toujours la Russie mais ce n'est pas elle !!!

    • Taka Takata le 09.09.2018 22:29 Report dénoncer ce commentaire

      @ Andy, désolé mais quelqu'un a dû censurer le lien vers la source donnant les chiffres. Ceci dit il est facile de retrouver des statistiques sur le Net et vous verrez que le seul pays à avoir géré sérieusement une telle crise, l'Islande, est celui qui s'en sort le mieux. La recette de l'Islande est simple : envoyez les créanciers au diable (ceux-ci ont joué le cheval perdant leur ticket ne vaut plus rien), ils n'avaient pas l'euro, ils ont mis les banquiers responsables en prion, enfin ils ont dit à la Troïka de rester chez elle.

    • Bjork le 09.09.2018 23:00 Report dénoncer ce commentaire

      Vous appelez ça bien s'en sortir, 6000 personnes expulsées et d'autres toujours sous cette menace? Pas moi. Europe ou pas.

    • Antifinances le 10.09.2018 07:55 Report dénoncer ce commentaire

      oui on nous ment sans cesse c'est incroyable et lamentable