À Gibraltar

12 juillet 2017 10:53; Act: 12.07.2017 11:39 Print

L'économie du jeu en ligne craint le Brexit

Les paris et les jeux par Internet sont la première ressource de la colonie britannique Gibraltar, qui espère la préserver après le Brexit.

storybild

Les activités installées chez Continent8 ou dans les deux autres data centers de Gibraltar sont stratégiques: elles assurent 25% du produit intérieur brut. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Dans des galeries creusées pour défendre le rocher de Gibraltar, clignotent des ordinateurs reliés au monde entier: ces engins destinés à des paris et des jeux par Internet sont la première ressource de la colonie britannique, qui espère la préserver après le Brexit. Gibraltar, une enclave de 6 km² réclamée par l'Espagne, est devenue en vingt ans la Mecque de l'industrie des jeux d'argent en ligne: paris sur les matches de foot ou les élections législatives britanniques, poker, roulette, baccara... Les ordinateurs du data center de Continent8 travaillent derrière des portes blindées, dans un tunnel où se trouve encore le bureau d'où le général Dwight Eisenhower, commandant en chef des Alliés, dirigea les opérations de débarquement en Afrique du Nord en 1942.

Pour les 33 000 habitants du «Rocher», ces activités installées chez Continent8 ou dans les deux autres data centers de Gibraltar sont stratégiques: elles assurent 25% du produit intérieur brut, plus qu'aucun autre secteur de l'économie, souligne le ministre du Commerce, Albert Isola. Ces sociétés de Gibraltar représentent à elles seules 30% des 39,3 milliards de dollars générés en 2016 par l'industrie mondiale des jeux et des paris en ligne, selon les consultants H2 Gambling Capital. Plus que nulle part ailleurs.

3 000 employés

Attirés par une fiscalité favorable et l'accès au marché européen, les premiers opérateurs ont déménagé des Caraïbes vers Gibraltar dans les années 90, quand on pariait encore par téléphone. «Notre philosophie a été dès le départ de n'accepter que des sociétés qui ont pignon sur rue», explique Albert Isola à l'AFP: elles doivent opérer physiquement à Gibraltar et sont soumises à une réglementation stricte, pour empêcher le blanchiment et surtout protéger les mineurs et les joueurs en risque d'addiction.

Seules 30 sociétés ont une licence de jeux en ligne à Gibraltar mais elles emploient plus de 3 000 personnes de diverses nationalités, qui en attirent d'autres. Si Gibraltar plaît autant à ces magiciens des algorithmes et ces commerciaux, c'est qu'ils peuvent faire la navette depuis l'Espagne, où la vie est douce et moins chère. «C'est pourquoi avec le Brexit, le principal souci est la façon dont la frontière va fonctionner». Après la décision britannique, le 23 juin 2016, de quitter l'Union européenne, l'Espagne a renouvelé sa revendication sur Gibraltar, un territoire cédé en 1713 à la couronne britannique.

Un simple renforcement des contrôles douaniers peut provoquer des queues interminables. Les termes du Brexit que Londres a commencé à négocier avec Bruxelles auront aussi un impact sur les jeux en ligne. Car cette industrie est largement tournée vers le marché britannique, le plus important et mature d'Europe.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • marie ange le 13.07.2017 00:31 Report dénoncer ce commentaire

    comme dit Boris Jhonson "ils peuvent toujours courir"

Les derniers commentaires

  • marie ange le 13.07.2017 00:31 Report dénoncer ce commentaire

    comme dit Boris Jhonson "ils peuvent toujours courir"