À Differdange

05 septembre 2021 10:00; Act: 05.09.2021 14:34 Print

Des problèmes de sécurité relevés chez ArcelorMittal

DIFFERDANGE - L'ITM a constaté des déficiences en matière de sécurité dans une usine d'ArcelorMittal. Le géant de l'acier indique s'occuper du problème.

storybild

ArcelorMittal indique avoir déjà réglé une partie des problèmes. (photo: Editpress/Didier Sylvestre)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Inspection du travail et des mines (ITM) et une division du ministère de la Santé ont mené des contrôles à l'usine ArcelorMittal de Differdange le 29 juillet, indique le ministre du Travail Dan Kersch, en réponse à des questions de la députée déi Lénk Myriam Cecchetti. Lors de cet audit, «des déficiences en matière de sécurité et santé au travail ont pu être constatées», précise le ministre. «Par injonction, AcelorMittal a été enjoint d'y remédier» et le dossier est toujours en cours d'instruction.

Du côté d'ArcelorMittal, un porte-parole contacté par L'essentiel, précise que la société fait l'objet de «contrôles très réguliers de l'ITM. Comme tout acteur industriel, nous devons nous conformer à un certain nombre d'obligations», précise-t-il. Le matériel est ainsi régulièrement contrôlé, avec en tête la sécurité des travailleurs. Le porte-parole confirme que des «anomalies nous ont été remontées pendant cet audit».

Certains problèmes déjà résolus

Dans ce genre de situations, «on prend la liste, on regarde ce qui est le plus urgent et on traite». Cette fois, les soucis «assez classiques» remontés par l'ITM concernaient des ponts roulants, qui permettent de déplacer des charges plus ou moins lourdes sur des rails. «Il y en a 80 à Differdange, avec des charges de 150 kilos à plusieurs dizaines de tonnes, ils sont suivis en permanence», reprend le porte-parole. Parmi les problèmes listés, un pont ne disposait pas de panneau avec la limitation de la charge. Un autre présentait des frottements sur le dispositif antidéraillement. Ces problèmes ont été réglés. Un autre pont avait lui des fissures sur le chemin de roulement. «Là, on va tout simplement le changer, il n'est pas utilisé en ce moment».

D'autres problèmes moins urgents seront réglés sur la durée. «Ces ponts représentent plusieurs centaines de milliers d'euros en entretien chaque année», précise le porte-parole. Les équipes de maintenance ont d'ailleurs carburé, cet été, en faisant le tour des installations et en trouvant «pas mal de choses à faire». Et pour ce qui est de l'ITM, elle continue ses contrôles «auprès de toutes les entreprises dans tous les secteurs», explique le ministre du Travail. «Des efforts considérables ont été réalisés depuis 2017 pour augmenter le nombre d'inspecteurs sur le terrain, ce qui a permis à l'ITM d'augmenter le nombre des contrôles».

(jw/L'essentiel)