Après un incendie de moteur

22 février 2021 15:56; Act: 22.02.2021 16:30 Print

La série noire continue pour l'avionneur Boeing

L'incendie d'un réacteur de Boeing 777, samedi, au-dessus du Colorado, est un nouveau coup dur pour le constructeur américain, qui accumule les revers sur ses appareils.

storybild

Boeing a enregistré une perte de 11,9 milliards de dollars en 2020, la plus importante de l'histoire de la compagnie. (photo: AFP/Olivier Douliery)

Sur ce sujet
Une faute?

Le spectaculaire incendie d'un réacteur de Boeing 777, samedi, au-dessus du Colorado, s'est produit sur un moteur éprouvé depuis de longues années mais constitue un nouveau coup dur pour l'avionneur américain, qui accumule les revers sur ses différents types d'appareils. Un vol United Airlines Denver-Honolulu a dû revenir se poser en urgence, samedi, moins d'une demi-heure après son décollage, après une panne de son réacteur droit ayant provoqué un spectaculaire incendie et une pluie d'imposants débris au sol. Il n'y a pas eu de victime.

Selon les premières constatations du NTSB, l'agence américaine chargée de la sécurité des transports, une partie de la nacelle entourant le moteur a été arrachée et plusieurs pales de la soufflante, cet énorme ventilateur par lequel l'air est aspiré dans le réacteur, fracturées. «Les pannes moteur, on ne les évitera jamais et ça se gère», explique à l'AFP François Grangier, pilote de ligne et expert auprès de la Cour de cassation française. Le risque est qu'une éventuelle projection de débris n'endommage l'avion.

«Très novateur»

Car les biréacteurs comme le Boeing 777 sont conçus pour pouvoir voler sur un seul moteur le temps de gagner un aéroport. Plus de trois heures pour le moteur en question, un Pratt&Whitney PW4000-112, selon le motoriste américain. Ce moteur, dont le diamètre est aussi large qu'un fuselage de Boeing 737, était «très novateur» lorsqu'il a été conçu au début des années 1990 et il «est aujourd'hui dans son âge adulte», rappelle François Grangier. Il n'équipe que des Boeing 777. Mais sur les 1 656 appareils de ce type, seuls 174 sont équipés de différents modèles de moteurs Pratt&Whitney. Les autres étant fournis par General Electric ou Rolls Royce, selon l'avionneur américain.

Et les 128 appareils en service ou stockés dans le monde, motorisés par le modèle en question - appartenant à United Airlines, les japonaises JAL et ANA, ou la sud-coréenne Asiana Airline - ont tous été cloués au sol le temps de procéder à des inspections. «Comme les débris ont été repérés et que l'avion est revenu, on saura ce qui s'est passé» et s'il faut revoir ou non les procédures de maintenance, assure l'expert. Une mésaventure similaire avait frappé Airbus en 2017 quand un A380 a perdu une importante partie d'un des quatre réacteurs au-dessus du Groenland.

Déboires du 737 MAX

Le Bureau d'enquêtes et d'analyses français (BEA) avait fini par retrouver la partie manquante enfouie dans la neige, près de deux ans plus tard, et établi que l'explosion du moteur avait été provoquée par une microfissure engendrée par une fatigue prématurée d'un alliage en titane. Mais pour Boeing, l'incident de samedi résonne comme une série noire sans fin. La réputation du constructeur américain a été mise en lambeaux par les déboires de son nouveau moyen-courrier, le 737 MAX, impliqué dans deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts et interdit de vol pendant près de deux ans. En cause, un logiciel de commandes de vol, le MCAS, qui s'emballait, mettant l'avion en piqué malgré les efforts des pilotes pour le désactiver.

Sous la pression et au prix de milliards de dollars, Boeing a dû modifier plusieurs logiciels, dont le MCAS, repositionner certains câblages et admettre que les pilotes devaient suivre une formation supplémentaire. Il a par ailleurs identifié des défauts de fabrication sur le «best-seller» de ses long-courriers, le B787 Dreamliner, qui l'ont conduit à suspendre toute livraison de nouvel appareil, depuis le mois de novembre. Une mauvaise nouvelle supplémentaire dans un marché aéronautique sinistré par la pandémie de Covid-19 et dont les avions long-courriers seront les plus longtemps affectés, s'accordent à dire les spécialistes du secteur. Ultime déconvenue, liée à la faiblesse attendue du trafic aérien pour les prochaines années, le groupe a annoncé fin janvier qu'il retardait à nouveau les premières livraisons de son 777X, plus gros avion du monde, désormais prévues pour fin 2023. L'avionneur américain a enregistré une perte de 11,9 milliards de dollars en 2020, la plus importante de l'histoire de la compagnie.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • LuxFlag le 23.02.2021 18:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @jerem, oui toujours le fric mais la finalité c’est que les emplois sont conservés et font vivre des personnes. N’attendez pas que le fric tombe du ciel sans travailler.

  • LuxFlag le 23.02.2021 16:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Resident, si vous interdisez Boeing en Europe et favoriser Airbus, attendez vous à la réciprocité. Mais avant, vérifiez bien vos parts de marché si elles sont plus importantes en Europe qu’en Amérique, et que la société Airbus sera assez solide pour encaisser la riposte des Etats-Unis. Huawei fut un exemple même si la raison de la sécurité américaine ne tient pas vraiment debout.

  • jerem le 23.02.2021 17:51 Report dénoncer ce commentaire

    Le fric, toujours le fric

Les derniers commentaires

  • LuxFlag le 23.02.2021 18:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @jerem, oui toujours le fric mais la finalité c’est que les emplois sont conservés et font vivre des personnes. N’attendez pas que le fric tombe du ciel sans travailler.

  • jerem le 23.02.2021 17:51 Report dénoncer ce commentaire

    Le fric, toujours le fric

  • LuxFlag le 23.02.2021 16:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Resident, si vous interdisez Boeing en Europe et favoriser Airbus, attendez vous à la réciprocité. Mais avant, vérifiez bien vos parts de marché si elles sont plus importantes en Europe qu’en Amérique, et que la société Airbus sera assez solide pour encaisser la riposte des Etats-Unis. Huawei fut un exemple même si la raison de la sécurité américaine ne tient pas vraiment debout.

  • Boing Boing Crash le 23.02.2021 10:58 Report dénoncer ce commentaire

    Comme disait Coluche: Ils ont intérêt à les tester si ils ne veulent pas qu'ont les détestent

  • Résident le 23.02.2021 10:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on aurait une bonne raison pour interdire Boeing ici en europe et favoriser airbus, mais on fait rien. je me demande: que feriez le USA si la même situation s'était produite pour Airbus. perso je n'ai aucun doute la dessus