Manipulation de taux

23 octobre 2017 08:29; Act: 23.10.2017 13:38 Print

Les banques australiennes dans la ligne de mire

La banque ANZ a annoncé, lundi, un accord de principe avec le régulateur des marchés financiers australiens qui enquête sur des manipulations de taux interbancaires.

storybild

Le procès pour manipulation du taux de référence interbancaire pourrait être suspendu avec l'accord annoncé lundi. (photo: Illustration)

Sur ce sujet

Les principales banques australiennes, qui réalisent la plupart du temps des milliards de dollars de bénéfices, sont dans la ligne de mire des pouvoirs publics à la suite d'une série d'affaires présumées de fraude et de manipulations. Des enquêtes avaient été lancées par la Commission australienne des valeurs et investissements (ASIC), le régulateur, contre ANZ et ses concurrentes Westpac et NAB pour de possibles manipulations entre 2010 et 2012 du BBSW, un taux interbancaire de référence qui sert à fixer le prix de produits financiers tels que les obligations et les prêts.

Dans un communiqué, ANZ affirme lundi, alors qu'un tribunal devait commencer à examiner cette affaire, avoir trouvé «un accord de principe confidentiel» avec l'ASIC, dont les détails doivent encore être finalisés. «En conséquence, l'ASIC a demandé ce matin au tribunal de suspendre le procès pendant 48 heures, ce qu'accepte l'ANZ, pour avancer sur l'accord de principe», précise la banque, qui ajoute qu'elle publiera ultérieurement un communiqué plus détaillé sur cette affaire.

Fraudes et mauvais conseils

On ignore si l'accord avec le régulateur implique de la part d'ANZ une reconnaissance de culpabilité, qui est ce que l'ASIC visait initialement, en même temps que le paiement de pénalités. Cet accord devrait augmenter la pression sur les deux autres banques pour qu'elles transigent également, au risque dans le cas contraire de devoir endurer un long procès. L'ASIC n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat.

De grandes banques australiennes, y compris la première d'entre elles, la Commonwealth Bank, ont en outre fait la une des médias ces dernières années, accusées de fraude aux assurances vie ou aux prêts immobiliers ou d'avoir mal conseillé leurs clients.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Kim le 23.10.2017 10:35 Report dénoncer ce commentaire

    Si maintenant les banquiers australiens viennent faire de l'ombre aux notres où va-t-on?

Les derniers commentaires

  • Kim le 23.10.2017 10:35 Report dénoncer ce commentaire

    Si maintenant les banquiers australiens viennent faire de l'ombre aux notres où va-t-on?