ArcelorMittal

24 janvier 2018 14:51; Act: 24.01.2018 17:20 Print

Les rails de Rodange sur le futur tracé du tram?

RODANGE - ArcelorMittal a fait un tour d'horizon de ses activités, lors de ses vœux de nouvelle année, ce mercredi.

storybild

Après avoir fourni les rails utilisés par les aiguillages du tram de Luxembourg-Ville, le sidérurgiste espère maintenant pouvoir en fournir l’intégralité sur le prolongement du tracé.

op Däitsch
Sur ce sujet

ArcelorMittal Luxembourg a choisi son site de Rodange pour la présentation de ses vœux pour la nouvelle année, mercredi, et faire un tour d’horizon de ses activités. Un choix qui n’avait rien d’anodin, l’usine «qui était presque condamnée, est en train de renaître grâce au développement de nouveaux produits de niche à haute valeur ajoutée, et en particulier les rails», justifie Michel Wurth, président du conseil d’administration d’ArcelorMittal Luxembourg.

Après avoir fourni les rails utilisés par les aiguillages du tram de Luxembourg-Ville, le sidérurgiste espère maintenant pouvoir en fournir l’intégralité sur le prolongement du tracé. La production de ces rails à gorge, lancée en 2015 avec l’appui du centre de recherche et développement d’Esch-sur-Alzette, est considérée comme un «relais de croissance» à Rodange, où la capacité de production de 300 000 tonnes est actuellement couverte à 75%.

Environ 4 000 salariés

Pour le reste des unités nationales, «2017 a été une très bonne année, avec un niveau de production élevé (NDLR: 2,2 millions de tonnes) notamment pour les grosses poutrelles de Differdange ou les palplanches de Belval», complète Michel Wurth. Un des enjeux est notamment de placer les produits en acier differdangeois, ultrarésistants, sur des projets de tours géantes ou dans des régions sismiques.

Côté emplois, les effectifs se stabilisent autour de 4 000 salariés. «Il faut essayer de maintenir ces chiffres, même si on a toujours besoin de gains de productivité car il existe des pressions sur les marchés. Il n'est pas prévu de fortes restructurations mais si des innovations technologiques apparaissent pour gains de productivité, comme de l'automatisation ou de l'industrie 4.0, il y aura des adaptations. Mais cela sera à gérer avec notre personnel, avec notamment des départs en pensions».

Michel Wurth, président du conseil d’administration d’ArcelorMittal Luxembourg, donne quelques précisions au micro de «L'essentiel Radio»:

(Mathieu Vacon /L’essentiel)