À New York

05 février 2018 23:06; Act: 06.02.2018 09:43 Print

Wall Street s'affole, le Dow Jones plonge

Un mouvement de panique a saisi Wall Street, lundi, où l'indice vedette de la place new-yorkaise a drastiquement chuté après plusieurs mois d'euphorie boursière.

storybild

Après un petit rebond en fin de séance, le Dow Jones a finalement clôturé en baisse de 4,60%. (photo: AFP/Drew Angerer)

Sur ce sujet

Le Dow Jones Industrial Average a soudainement dévissé en deuxième partie de séance, et enfoncé en moins d'une heure les seuils des 500, 1 000 et 1 500 points perdus. Au plus bas, il a chuté de plus de 10% depuis son dernier record, le 26 janvier. Retransmise en direct sur les écrans de télé, cette dégringolade retenait à New York l'attention des passants, a constaté un journaliste de l'AFP. Après un petit rebond en fin de séance, le Dow Jones a finalement clôturé en baisse de 4,60%. L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, a perdu 3,78% et l'indice élargi S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises cotées aux États-Unis, a cédé 4,10%.

Cette correction intervient le jour de l'arrivée à la tête de la banque centrale américaine de Jerome Powell, qui remplace Janet Yellen, seule femme à avoir jamais dirigé cette institution. Mais elle était attendue de longue date par de nombreux observateurs, les indices ayant enchaîné les records ces derniers mois. Le S&P 500 a ainsi enregistré en janvier son meilleur début d'année depuis 1997. Donald Trump s'en est souvent félicité dans des tweets ou dans ses interventions publiques et en avait fait un de ses arguments favoris pour séduire les milieux d'affaires lors du dernier forum économique de Davos en Suisse.

Lundi, la Maison-Blanche a dans un communiqué à la chaîne CNBC assuré «être toujours inquiète quand le marché perd de la valeur». Mais un porte-parole, mettant en avant «la fluctuation des marchés à court terme», a un peu plus tard rappelé que l'économie américaine restait «très solide» et «allait dans le bon sens». Le taux de chômage aux États-Unis est actuellement au plus bas depuis 17 ans et la croissance du PIB s'est établie en 2017 à 2,3%.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • gege57 le 06.02.2018 00:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme si la bourse était représentative de la vie de nos jours .On en a fait ce qu' il ne fallait pas absolument faire .elle est juste la pour faire travailler les trader .quand on aura comprit qu' il faut bloquer les investissement en bourse pour un minimum de 2 ans et après on peut prendre des bénéfices. Tout bénéfice avant 2 ans sera taxer a hauteur de 70 %.La vous verrez ma bourse sera moins folle. et bien sûr interdiction de jouer en bourse sur les valeurs première. il faut redonner à la bourse son vrai sens .non pas faire du profit sur 2 seconde voir deux minutes mais le long terme. la prochaine crise arrive très vite maigres les énormes profit

  • Fake Kellyanne Conway le 06.02.2018 08:05 Report dénoncer ce commentaire

    Si la bourse monte, c'est grâce à Trump. Si la bourse baisse, c'est à cause des démocrates.

  • Insomnie le 06.02.2018 00:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Du crédit, de l’impression et des radiations, donc de super chiffres. Gare à l’addition. Prémices d’un retour au réel.

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 06.02.2018 15:16 Report dénoncer ce commentaire

    Les gros spéculateurs sont toujours à la recherche d'événements bien déterminés dans un futur proche, pour programmer un petit attentat financier. Ils choisissent alors un secteur de la bourse et entament une chute des cours par la vente de leurs actions. Ils savent qu'ils sont observés par d'autres spéculateurs qui suivent le mouvement, et du coup cela prend de l'ampleur. A la fin du coup de bluff, ils rachèteent au prix plus bas, les valeurs remontent, et 10% de gain en une heure,

  • ahaaaa le 06.02.2018 08:38 Report dénoncer ce commentaire

    ben et alors? L'argent n'a pas été inventé pourque qu'on le cumule sans cesse ou bien qu'on spécule avec mais pourque on l'investit de nouveau dans l'économie réel. Une augmentation des intérêts est nécessaire surtout pour les gens comme vous et moi qui mettent juste un peu d'argent de côté chaque mois afin de couvrir des frais éventuels et non pas pour spéculer avec!

    • La Mouche le 06.02.2018 09:52 Report dénoncer ce commentaire

      Je ne sais pas pour vous, mais moi perso je mets de côté car j'ai des projets (immo, perso, etc...) pas pour payer des frais supplémentaires à l'Etat ou aux banques, ou autre... On paye déjà suffisamment je trouve

  • anne le 06.02.2018 08:10 Report dénoncer ce commentaire

    pffff que des manipulations virtuelles, voilà ce qu'est devenu le monde

  • Fake Kellyanne Conway le 06.02.2018 08:05 Report dénoncer ce commentaire

    Si la bourse monte, c'est grâce à Trump. Si la bourse baisse, c'est à cause des démocrates.

    • trader banquier le 06.02.2018 09:43 Report dénoncer ce commentaire

      Et si les bénéfices sont bons c'est pour les traders et les banques et trump et ses potes et si on fait des pertes c'est pour le contribuable... le congrès proteste mais le sénat et le président le feront passer... donc pas de soucis

  • Insomnie le 06.02.2018 00:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Du crédit, de l’impression et des radiations, donc de super chiffres. Gare à l’addition. Prémices d’un retour au réel.