Nouvelle gouvernance

04 octobre 2017 10:40; Act: 04.10.2017 12:09 Print

Uber limite les pouvoirs de son ancien patron

Un investissement de Softbank dans l'entreprise de voitures avec chauffeurs doit s'accompagner de changements dans les règles de gouvernance, visant Travis Kalanick.

storybild

Uber a subi de nombreux remous dans sa direction ces derniers mois.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Le service américain de réservation de voitures avec chauffeur, Uber, a indiqué mardi avoir accepté le principe d'un investissement de Softbank. Cette décision doit s'accompagner de changements dans les règles de gouvernance limitant notamment les pouvoirs de son ex-patron, Travis Kalanick. Ces initiatives devraient permettre d'apaiser les tensions entre M. Kalanick, écarté en juin de la direction suite à divers scandales, et certains investisseurs le soupçonnant de manœuvrer pour retourner à la tête de l'entreprise.

«Le conseil d'administration a voté à l'unanimité en faveur de l'investissement proposé par Softbank et en faveur de changements de gouvernance qui renforceront son indépendance et assureront l'égalité entre les actionnaires», a indiqué un porte-parole du groupe. Le groupe n'a pas précisé le montant de l'investissement, soulignant seulement qu'il serait finalisé «dans les prochaines semaines». Selon une source proche du dossier, le groupe japonais pourrait dans un premier temps apporter 1 à 1,25 milliard de dollars, dans une opération valorisant Uber à 69 milliards de dollars.

Softbank proposerait ensuite à des actionnaires actuels d'acquérir entre 14% et 17% de l'entreprise à un prix réduit, a ajouté cette source. Certains investisseurs en désaccord avec la stratégie actuelle de l'entreprise ou désirant retirer leurs billes pour engranger des profits pourraient être intéressés. Le conseil d'administration a aussi approuvé l'idée de faire entrer Uber en Bourse d'ici 2019. Uber, qui a accumulé les pertes financières, fait face à un tourbillon de controverses depuis des mois: accusations de harcèlement sexuel, de vols de technologies, de corruption, d'utilisation de logiciels illégaux, le tout sur fond de conflits avec ses propres chauffeurs et les taxis traditionnels dans plusieurs pays.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.