Japon

30 octobre 2017 10:28; Act: 30.10.2017 14:39 Print

Des robots à la place d'un tiers des employés

Les trois géants bancaires japonais préparent des coupes drastiques dans leurs effectifs, espérant ainsi améliorer leur rentabilité, dans un contexte de profonde mutation numérique de leurs activités.

Le robot Pepper au service d'une banque taïwanaise.

Sur ce sujet

Le groupe financier japonais Mizuho, qui marque un intérêt croissant pour la fintech, envisagerait de réduire d'un tiers ses effectifs mondiaux en dix ans, soit l'équivalent de 19 000 emplois, dont les tâches pourraient être automatisées, selon la presse nippone. Interrogé lundi par l'AFP, un porte-parole du groupe n'a pas fait de commentaire.

En septembre, le rival Mitsubishi UFJ avait déjà annoncé son intention d'automatiser d'ici à mars 2024 plus de fonctions dans ses métiers, de quoi lui permettre de se passer de 9 500 salariés au Japon. Sa principale filiale bancaire, celle de Tokyo, pourrait fermer 20% de ses agences bancaires dans le pays d'ici mars 2021, selon le quotidien Yomiuri Shimbun.

En mai, le groupe Sumitomo Mitsui avait fait part de son intention de supprimer environ 4 000 emplois d'ici à la fin de son exercice fiscal 2020/21, là aussi en automatisant certaines tâches administratives et en ayant davantage recours aux nouvelles technologies.

Taux d'intérêts négatifs

Les mastondontes bancaires nippons subissent l'impact des politiques monétaires anticrise des grandes Banques centrales, en particulier celle menée par la Banque du Japon (BoJ) pour stimuler le crédit.

Outre un programme massif de rachat d'actifs, qui tire les taux vers le bas, la Banque du Japon a aussi fixé depuis l'an dernier des taux d'intérêt négatifs pour les banques commerciales qui déposent de l'argent dans ses coffres plutôt que de les prêter aux entreprises et aux particuliers. Mitsubishi UFJ et Sumitomo Mitsui ont néanmoins enregistré une forte croissance du bénéfice net au premier trimestre de leur exercice en cours 2017/18, tandis que celui de Mizuho avait reculé.

(L'essentiel/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Phoenix le 30.10.2017 11:52 Report dénoncer ce commentaire

    L'Homme a une capacité à scier la branche sur laquelle il est assis assez surprenante. Quand des robots auront remplacé les humains à presque tous les postes, qui pourra acheter les produits fabriqués, les robots ?

  • mini pouce le 30.10.2017 11:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D'ici quelques années on ne trouvera plus de travail. Toutes les entreprises veulent de la nouvelle technologie et remplacer leurs employes...Le contact humain se fait de moins en moins. Tout est robotisé ou informatisé. Triste futur qui s'annonce...

  • Mikolas le 30.10.2017 11:23 Report dénoncer ce commentaire

    Et donc un tiers de employés sans travail, ni salaire pour acheter la production des usines... La bonne affaire!

Les derniers commentaires

  • Marina le 31.10.2017 00:31 Report dénoncer ce commentaire

    Moi qui espérais qu'on avait inventé les robots pour faire mon ménage à ma place ! Oh rage, oh désespoir ! L'homme arrivera-t-il à faire quelque chose de vraiment utile ? Après, comme de toute façon, la nouvelle mode est de virer tout le temps, c'est juste le remplaçant qui a une drôle de gueule. Puis l'État va taxer les robots, et les humains redeviendront compétitifs.

  • jenesaispas le 30.10.2017 22:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quel monde de fou et inconscients... demain... ils ramasseront ce qu’ils auront semé... nous on a rien donc on ne verra pas la difference...

  • Ehwi le 30.10.2017 17:41 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne sais pas si ce que j'ai entendu est exact, mais il semble que ces robots, qui ne sont pas encore vraiment en place, auraient déjà remplacé tous les directeurs et heads of department par leurs copains robots!

  • Daenerys le 30.10.2017 15:21 Report dénoncer ce commentaire

    De mieux en mieux... La fiction devient réalité. Que feront les pouvoirs publics quand tout le monde sera à la rue ?

    • Irobot le 31.10.2017 06:35 Report dénoncer ce commentaire

      Pour avoir participé à une présentation de "robots" du futur au japon, le principe de la société de demain voudrait que chacun soit à même d'acquérir un robot ou plusieurs ; ceux-ci remplaceraient leurs propriétaires. Le salaire des robots permettraient aux proprios d'utiliser les revenus ainsi reçus pour les dépenser en "loisirs". On entre dans une aire de consommation extrême. les risques ..... à vous de juger!?

  • La Mouche le 30.10.2017 14:16 Report dénoncer ce commentaire

    La prochaine grande révolution mondiale sera provoquée par la robotisation et l'automatisation de la main d'oeuvre. Les grandes firmes, pour faire toujours plus de profit, vont faire en sorte que les gens n'auront plus de travail et donc plus d'argent. Ce qui les poussera surement à se révolter.

    • @La Mouche le 30.10.2017 15:11 Report dénoncer ce commentaire

      ben si la plupart des gens n'a plus d'emploi donc est sans revenu alors ces grandes firmes ne vont plus faire de grands profits...