Bilan trimestriel

28 juillet 2017 11:45; Act: 28.07.2017 16:22 Print

BNP Paribas confirme sa bonne santé

Après un début d'année déjà robuste, BNP Paribas a dévoilé vendredi de solides performances pour le deuxième trimestre, malgré une baisse du bénéfice.

storybild

D'avril à juin, BNP Paribas a dégagé un bénéfice net en léger repli sur un an à 2,4 milliards d'euros. (photo: AFP)

«Les résultats de BNP Paribas sont forts. Les pôles opérationnels se sont bien comportés et les frais de gestion sont tenus, c'est la marque de nos différents plans d'efficacité», s'est félicité Jean-Laurent Bonnafé, le directeur général du groupe, lors d'une conférence de presse. D'avril à juin, le groupe bancaire a dégagé un bénéfice net en léger repli sur un an à 2,4 milliards d'euros et un produit net bancaire - équivalent du chiffre d'affaires - à 10,9 milliards, en petite baisse également. L'effritement est toutefois dû principalement à une base de comparaison défavorable avec le deuxième trimestre 2016, durant lequel il avait empoché une plus-value de près de 600 millions d'euros avec la cession d'actions Visa Europe.

Corrigés des retombées de cette transaction et de divers autres effets exceptionnels, les résultats de BNP Paribas montrent un visage nettement plus flatteur, avec une hausse du bénéfice net ajusté de 17%. Ses activités de cœur de métier ont quant à elles vu leur résultat d'exploitation gonfler de 16%. La banque a profité au deuxième trimestre du dynamisme de sa division de financement et d'investissement, où les bons résultats du négoce sur les dérivés actions ont compensé le coup de mou du marché obligataire. «Cette performance est d'autant plus remarquable que le deuxième trimestre 2016 avait déjà été très fort», a souligné Yann Gérardin, le responsable de cette division, en conférence de presse.

BNP Paribas a ainsi réussi à tirer son épingle du jeu là où nombre de ses rivales européennes et anglo-saxonnes ont été à la peine, à l'image du géant bancaire allemand Deutsche Bank qui a annoncé jeudi une nette baisse des recettes de sa banque d'investissement au cours de la même période. Du côté des métiers spécialisés, tels que le crédit à la consommation, l'assurance ou la banque de détail à l'international, les recettes sont également en croissance. Le pôle "Marchés domestiques" - où figurent les banques de détail en France, en Belgique et en Italie - a quant à lui réussi à stabiliser ses revenus (-0,3%) malgré l'environnement de taux bas qui complique la tâche de faire fructifier l'argent des déposants et incite les emprunteurs à renégocier à la baisse les tarifs de leurs prêts. En parallèle, sa banque en ligne Hello bank! continue d'attirer de nouveaux clients, avec un gain de 18% sur un an au deuxième trimestre, pour atteindre environ 316 000 utilisateurs.

(L'essentiel/AFP)