Nouvelle technologie

08 mars 2011 20:02; Act: 08.03.2011 21:52 Print

Avec iNUI, votre PC obéira au doigt et à l'oeil

FOETZ - Dépassés, les écrans tactiles, l'avenir est à la commande par gestes. L'équipe d'iNUI développe des solutions dans ce domaine.

storybild

Une main, une caméra, un écran, de la matière grise, voilà la recette des logiciels à reconnaissance de gestes d'iNUI. (photo: L'essentiel)

Une faute?

«Dans "Minority report", quand Tom Cruise déplace des fichiers devant ses yeux d'un mouvement de main. Eh bien nous avons inventé ce système pour n'importe quel utilisateur de PC». Mine de rien, Olivier Raulot et l'équipe d'iNUI-studio peuvent être fiers, il s'agit d'une première mondiale… développée à la pépinière d'entreprise Ecostart2, à Foetz!

Avec Augusta Guiernier et Mathieu Lozinguez, ils cogitent ainsi au développement de logiciels à reconnaissance de gestes. Une main qui bouge et c'est un dossier qui s'ouvre; un bras qui bat l'air et voilà une page qui se tourne. La caméra infrarouge capte l'action, iNUI se charge de la traduire sur écran. «On peut imaginer des projections dans des vitrines, pour organiser des visites virtuelles, des essayages ou la découverte de produits comme on feuillette un catalogue».

Déjà, l'hôpital du Kirchberg a craqué, il pense installer ce système pour détendre ou informer en salles d'attente. Une banque luxembourgeoise pourrait s'en équiper. «Il y a aussi des applications médicales. Imaginez un chirurgien feuilletant les radios de son patient sans rien avoir à toucher. L'hygiène y gagnerait…».

Patrick Jacquemot

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).