Compagnie aérienne

25 octobre 2021 12:40; Act: 25.10.2021 12:54 Print

SAS «lutte pour survivre», l'action s'effondre

Des sacrifices seront demandés aux employés de la compagnie aérienne scandinave, très impactée par la pandémie et lourdement endettée, affirme son PDG.

storybild

La compagnie aérienne scandinave se bat pour survivre. (photo: AFP/Mads Claus Rasmussen)

Sur ce sujet
Une faute?

Lourdement touchée par les effets de la pandémie de Covid-19, la compagnie aérienne scandinave SAS «lutte pour survivre», a déclaré son patron, qui entend réduire les coûts, entraînant un plongeon de plus de 12% de l'action lundi. «Quand je vois à quoi ressemble le marché aujourd'hui, comment nos clients changent et l'ampleur de notre dette, c'est absolument clair» que SAS «lutte», a dit au journal danois Finans Anko Van der Werff, arrivé à la tête de l'entreprise en juillet.

SAS rencontre aujourd'hui plusieurs problèmes, selon le PDG, notamment en raison de la baisse durable des voyages d'affaires et «des accords sociaux plus coûteux» que la plupart de ses concurrents. Pour faire face à la situation, le PDG a annoncé convoquer les principaux syndicats pour trois mois de négociations - notamment sur une réduction des coûts et une plus grande flexibilité.

«Cela exige la compréhension et la volonté de tous. SAS doit être compétitif pour pouvoir survivre, se développer et créer des emplois», a plaidé M. Van der Werff. En fin de matinée à la Bourse de Stockholm, l'action SAS perdait 12,3% à 1,59 couronne. SAS, qui a supprimé 5 000 postes, soit 40% de ses effectifs l'an dernier, a annoncé en mai un crédit supplémentaire de près de 300 millions d'euros des États danois et suédois, ses principaux actionnaires (21,8% chacun), pour traverser la crise liée au Covid-19. Cette aide s'ajoute à un premier crédit d'un montant similaire ainsi qu'à une augmentation de capital en 2020.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.