Collaboration FBI-Europol

06 octobre 2021 15:32; Act: 06.10.2021 15:38 Print

Arrêtés pour avoir rançonné des entreprises

Deux pirates ont été arrêtés en Ukraine dans le cadre d'une vaste coopération policière internationale. Ils sont suspectés d'avoir attaqué des entreprises au rançongiciel.

storybild

Après avoir crypté les données d’une entreprise, les pirates menaçaient de les diffuser sur le dark net à moins de se faire payer une rançon. (photo: VQH)

Sur ce sujet
Une faute?

«Le groupe criminel organisé est soupçonné d’avoir commis une série d’attaques ciblées contre de grandes entreprises en Europe et en Amérique du Nord à partir d’avril 2020» à l’aide de logiciels malveillants, a expliqué Europol dans un communiqué, mardi. L'agence européenne de police a participé à l'opération qui a permis l'arrestation de deux hommes la semaine dernière en Ukraine, en collaboration avec le FBI américain et la gendarmerie française, selon des sources concordantes.

Des données sensibles étaient volées aux sociétés et des fichiers étaient cryptés, est-il précisé. Pour les récupérer, les entreprises devaient s’acquitter d’«une rançon de plusieurs millions d'euros» sous peine de les voir diffusés sur le dark web. Selon une source proche de l’enquête, le réseau ciblait notamment des entreprises françaises, réclamant des rançons de cinq à 70 millions d’euros.

Liasses de billets et voitures de luxe

La coopération entre la police ukrainienne, six gendarmes du Centre français de lutte contre les criminalités numériques (C3N), quatre enquêteurs du FBI américain, deux spécialistes du Centre européen de cybercriminalité d’Europol et un officier d’Interpol, l’organisation internationale de coopération policière, a abouti à l’arrestation de deux suspects le 28 septembre en Ukraine. Pendant les sept perquisitions, «375 000 dollars en espèces, deux véhicules de luxe d’une valeur de 217 000 euros ont été saisis», selon le communiqué d’Europol. Des avoirs pour un montant d’1,3 million d’euros ont également été gelés.

Après des attaques aux rançongiciels en France, une enquête pour «accès et maintien frauduleux dans un système de traitement automatisé de données, entrave au fonctionnement (de ce) système, introduction et modification frauduleuses de données dans un système, extorsion en bande organisée et association de malfaiteurs» avait été ouverte le 29 septembre 2020, a indiqué le parquet de Paris à l'AFP. Les investigations ont été confiées aux gendarmes du C3N. Les experts de la criminalité numérique exploitent encore des fichiers informatiques pour identifier d’autres protagonistes du réseau, a souligné la source proche. L’issue de l’arrestation des deux suspects n’a pas été communiquée.

(L'essentiel/AFP)