Aéronautique

10 juillet 2019 08:43; Act: 10.07.2019 10:14 Print

Les livraisons d'avions de Boeing en chute libre

Boeing a accusé un effondrement de ses livraisons d'avions au premier semestre, une déconvenue qui profite à son grand rival Airbus.

storybild

Depuis l'immobilisation au sol du 737 MAX, les marques d'intérêt pour cet avion phare sont rares. (photo: AFP/Stephen Brashear)

Sur ce sujet
Une faute?

L'avionneur américain a livré 239 avions de ligne aux compagnies aériennes clientes entre janvier et juin, soit une baisse de 37% en un an. Sur le seul deuxième trimestre, les livraisons d'appareils civils Boeing ont chuté de près de 54%, à 90 unités, contre 194 à la même période un an plus tôt, selon un communiqué. La dégringolade de la maison Boeing fait un heureux: son éternel rival européen Airbus, désormais en bonne voie pour lui ravir cette année et pour la première fois le titre de premier constructeur aéronautique mondial en termes de livraisons.

Le constructeur européen a livré, lui, 389 appareils sur les six premiers mois de l'année, en hausse de 28% sur un an, selon des chiffres disponibles sur son site Internet. Les livraisons sont un indicateur fiable de la rentabilité dans l'aéronautique, principalement parce que les clients paient l'intégralité de leurs factures au moment où ils prennent possession des avions. Si Boeing avait cédé il y a quelques années sur le plan des commandes, le groupe américain avait toujours pris soin de dominer Airbus au niveau des livraisons.

Les 737 MAX toujours cloués au sol

Le changement de rapport de forces entre les deux avionneurs s'explique principalement par le fait que Boeing a dû suspendre les livraisons du 737 MAX, avion qui représente plus des deux tiers de son carnet de commandes. Cet avion - version remotorisée du 737 NG - est interdit de vol après le crash d'un appareil de ce type de la compagnie Ethiopian Airlines, le 10 mars, au sud-est d'Addis Abeba, ayant fait 157 morts.

Comme dans l'accident de Lion Air (189 morts) survenu cinq mois plus tôt, les conclusions préliminaires ont mis en cause le système antidécrochage (MCAS) propre au MAX. Il devait permettre de donner aux pilotes les mêmes sensations que pour la génération précédente de 737, malgré une nouvelle motorisation et un comportement en vol très différent.

Ironie de l'histoire: c'est au deuxième trimestre 2018 que le groupe de Chicago avait livré ses premiers 737 MAX, à Jet Airways, Ethiopian Airlines et Xiamen Airlines. Il est difficile de dire aujourd'hui quand le 737 MAX sera de nouveau autorisé à voler. Les compagnies Southwest et American Airlines, deux grosses clientes de ce modèle, ont annulé des vols jusqu'à l'automne. Boeing aura du mal à refaire son retard sur Airbus: de nombreux analystes n'attendent pas une reprise des livraisons du 737 MAX avant décembre.

(L'essentiel/afp)