Au Venezuela

04 juillet 2020 11:17; Act: 04.07.2020 11:23 Print

Les plateformes pétrolières sont à l’arrêt

Faute de pouvoir écouler son pétrole, notamment à cause des sanctions américaines, Caracas a stoppé ses plateformes pétrolières d’extraction de brut.

storybild

Depuis avril 2019, l’administration du président Donald Trump a mis en place un embargo sur le pétrole vénézuélien particulièrement draconien. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les plateformes pétrolières du Venezuela sont complètement paralysées, faute de pouvoir écouler leur brut, notamment à cause des sanctions américaines et de l’effondrement du secteur pétrolier, selon le décompte de la société Baker Hughes. Ainsi, aucune plateforme pétrolière d’extraction de brut n’était en activité en juin, contre 22 un an avant au même moment, et plus d’une centaine en 1998.

Hautement dépendant du pétrole, le Venezuela «connaît une détérioration importante de ses champs pétroliers et maintenant, il n’a plus personne à qui le vendre, ni d'endroit où stocker le brut», explique à l’AFP le spécialiste pétrolier et professeur d’université Luis Oliveros.

Carlos Mendoza Potella, conseiller de la Banque centrale du Venezuela (BCV) en matière pétrolière, abonde dans le même sens. «Les stocks sont au maximum, tu ne peux pas faire tourner les puits comme ça. Si tu n’as pas où entreposer ta production, car tu ne peux pas faire partir les bateaux, tu arrives à zéro», explique-t-il à l’AFP.

Seulement 570 000 barils par jour

La production de pétrole du Venezuela, dont l’or noir a longtemps fait la richesse, a chuté en mai à des niveaux inédits depuis près de 80 ans, une dégringolade qui alimente l’effroyable crise économique que traverse le pays sud-américain.

En compilant des «sources secondaires» - qui font référence en la matière - l’OPEP indique dans son rapport mensuel publié mercredi que le Venezuela a pompé chaque jour en mai 54 000 barils de moins qu’en avril, tombant à un total de 570 000 barils par jour (b/j). Cette chute, pour spectaculaire qu’elle soit, s’inscrit dans le lent processus de décrépitude du secteur pétrolier vénézuélien qui produisait 3,2 millions de b/j il y a douze ans encore.

Si l’opposition autour de Juan Guaido met en avant un cocktail de corruption, de gabegie et d’incompétence pour expliquer cette chute, le pouvoir chaviste pointe du doigt l’éventail des sanctions prises par Washington contre le secteur pétrolier visant à mettre le président socialiste Nicolas Maduro sous pression.

Panne sèche en mars

Jusqu’à 2018, le Venezuela envoyait 500 000 b/j de brut aux États-Unis et recevait de ce pays 120 000 b/j de pétrole léger et d’additifs nécessaires au raffinage. Mais en avril 2019, l’administration du président Donald Trump a mis en place un embargo sur le pétrole vénézuélien particulièrement draconien.

En outre, souligne la société S&P Global Platts, Caracas a dû réduire ces dernières semaines sa production de brut en raison de «limitation de stockage» et du «manque de pétrole léger» pour fluidifier le brut extra-lourd et le rendre transportable.

En mars, confronté à un manque de liquidités indispensables pour se fournir en essence à l’étranger, le Venezuela est tombé en panne sèche. Le pays a connu une pénurie de carburants que seule l’arrivée de cinq pétroliers iraniens chargés de 1,5 million de barils de combustibles a réussi à palier.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • citoyen le 04.07.2020 19:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est plutôt les usa qui font en sorte d'étouffer ce pays riche en ressources naturelles comme le pétrole les politiques s'en foutent de la population qui crève la dalle alors qu'ils peuvent vivre comme il faut

  • Léon le 04.07.2020 18:07 Report dénoncer ce commentaire

    Bonne chose moins de pollution

  • Marco le 04.07.2020 21:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est comme l'Algérie quoi.

Les derniers commentaires

  • Vakanz doheem le 05.07.2020 10:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les USA,toujours à fourrer leur nez dans les affaires des autres. Qu'ils balaient devant leur propre portes!

  • Marco le 04.07.2020 21:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est comme l'Algérie quoi.

  • citoyen le 04.07.2020 19:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est plutôt les usa qui font en sorte d'étouffer ce pays riche en ressources naturelles comme le pétrole les politiques s'en foutent de la population qui crève la dalle alors qu'ils peuvent vivre comme il faut

  • Get Out le 04.07.2020 19:04 Report dénoncer ce commentaire

    Pays dirigé par un incapable, il serait temps que les vénézuélien se réveillent et mettent Maduro dehors! C'est un pays riche par ses ressources à la base...mais qd on met des clowns au pouvoir....

    • Edlu le 05.07.2020 11:57 Report dénoncer ce commentaire

      @Get Out soit tu es un ignorant soit tu as le crâne bien lavé par toute la pourriture américaine ou les deux!

    • Serge le 06.07.2020 12:22 Report dénoncer ce commentaire

      @Edlu : régime communiste et populiste qui a coulé un pays qui devrait être riche. C'est comme le Congo. Leur consolation, c'est qu'avec l'avènement des Ecolos-bobos il va arriver la même chose dans nos pays d'ici une bonne décénie.

  • Léon le 04.07.2020 18:07 Report dénoncer ce commentaire

    Bonne chose moins de pollution