Dollar faible

25 janvier 2018 10:33; Act: 25.01.2018 17:09 Print

La BCE face à un risque de guerre monétaire

La Banque centrale européenne se voit contrainte de réagir jeudi à l'envolée de l'euro provoquée par les propos de Washington en faveur d'un dollar faible.

storybild

Les déclarations du secrétaire d'État américain, Steven Mnuchin, en faveur d'un dollar plus faible, ont fait chuter le cours du billet vert. (photo: AFP/Saul Loeb)

Sur ce sujet

Jusqu'à mercredi soir, l'institution de Francfort se préparait à une réunion tranquille, marquée par le maintien de ses taux directeurs au plus bas et la poursuite de son vaste programme de rachat d'actifs - dit «QE» - à un rythme de 30 milliards d'euros par mois jusqu'en septembre. Mais c'était compter sans Steven Mnuchin, le secrétaire américain au Trésor, qui a crûment affirmé lors du Forum économique de Davos qu'un «dollar plus faible» était «bon» pour les États-Unis puisqu'il favorise «le commerce et les opportunités».

Non seulement cette déclaration rompt avec des décennies de discours américain vantant le «dollar fort», mais elle a immédiatement fait chuter le billet vert, poussant l'euro au plus haut depuis trois ans, au-delà de 1,2415 dollar. Pour la BCE, qui s'interdit ce type de communication fracassante, la partie est complexe: elle n'est pas censée commenter le niveau de l'euro, qui ne figure pas dans son mandat, mais la monnaie unique influe directement sur l'inflation, soit son principal objectif.

Chef de file des «colombes»

Or, la remontée de l'euro, ces dernières semaines, baisse mécaniquement les prix des importations et vient encore freiner l'inflation en zone euro, toujours loin du niveau «proche mais légèrement inférieur» à 2% visé par l'institution monétaire. Un facteur de nature à retarder le retrait prévu par la BCE de mesures de soutien à l'économie de la zone euro. Avec les propos de Mnuchin, il s'agit maintenant pour le banquier italien «de limiter les dégâts» en évitant d'alimenter les spéculations sur l'évolution du marché des changes, estime Rob Carnell, chef économiste de la banque ING.

«Je ne pense pas que l'euro a dépassé le "seuil de douleur" de la BCE, probablement situé autour de 1,25 dollar», mais «jeter de l'huile sur le feu» avec une déclaration trop «haussière» sur la politique monétaire «serait contre-productif», poursuit M. Carnell.

Au-delà des déclarations visant explicitement l'euro, la sortie de Mnuchin conforte surtout le président de la BCE dans son intention de dissiper les attentes d'un resserrement monétaire plus rapide que prévu. M. Draghi fait en effet figure de chef de file des «colombes» de la BCE, partisans de garder une politique très accommodante tant que l'inflation ne paraîtra pas en mesure de rejoindre l'objectif de l'institution.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Unicorn le 26.01.2018 10:59 Report dénoncer ce commentaire

    Tiens, on ne parle plus de la dettes américiane, qui a fait la une quand elle est passé à 10 000 milliards, puis à 16, aujourd'hui elle est à 20. La seule raison du dollar de ne pas s'effondrer est qu'il est la monnaie étalon mondiale, position qu'il va perdre en perdant de la valeur, on va de plus en plus l'abondonner, et il risque tout simplement de causer un changement de paradigme, avec des USA inflationnistes comme un pays d'Afrique.

  • Harry le 25.01.2018 15:45 Report dénoncer ce commentaire

    Avec l'Euro on nous a imposé le Deutsch Mark. Ils auraient du mettre la BCE à Lisbonne, cela aurait été plus discret.

  • 20-100 le 25.01.2018 14:43 Report dénoncer ce commentaire

    Comme si les autorités US pouvaient décréter le $ bas par une simple déclaration... Le $ ne cesse de se déprécier depuis des mois malgré des hausses de taux d'intérêt successives... il y a une raison beaucoup plus grave et que les autorités font semblant de maitriser : les embargos incessants contre les pays non alignés ont lancé de nouvelles monnaies de réserve, comme le yuan, qui commence à servir de devise d'échange. Les USA ont de gros soucis à se faire, si le $ chute toute la politique internationale des USA chute et ils subiront une crise économique décapante. On attend...

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 26.01.2018 10:59 Report dénoncer ce commentaire

    Tiens, on ne parle plus de la dettes américiane, qui a fait la une quand elle est passé à 10 000 milliards, puis à 16, aujourd'hui elle est à 20. La seule raison du dollar de ne pas s'effondrer est qu'il est la monnaie étalon mondiale, position qu'il va perdre en perdant de la valeur, on va de plus en plus l'abondonner, et il risque tout simplement de causer un changement de paradigme, avec des USA inflationnistes comme un pays d'Afrique.

  • Harry le 25.01.2018 15:45 Report dénoncer ce commentaire

    Avec l'Euro on nous a imposé le Deutsch Mark. Ils auraient du mettre la BCE à Lisbonne, cela aurait été plus discret.

    • Justine Tittegoutte le 26.01.2018 10:23 Report dénoncer ce commentaire

      Qu'est ce que c'est que ce délire?

  • 20-100 le 25.01.2018 14:43 Report dénoncer ce commentaire

    Comme si les autorités US pouvaient décréter le $ bas par une simple déclaration... Le $ ne cesse de se déprécier depuis des mois malgré des hausses de taux d'intérêt successives... il y a une raison beaucoup plus grave et que les autorités font semblant de maitriser : les embargos incessants contre les pays non alignés ont lancé de nouvelles monnaies de réserve, comme le yuan, qui commence à servir de devise d'échange. Les USA ont de gros soucis à se faire, si le $ chute toute la politique internationale des USA chute et ils subiront une crise économique décapante. On attend...

    • @20-100 le 26.01.2018 10:25 Report dénoncer ce commentaire

      Ils ne décrètent rien. Je sont les marchés qui réagissent de façon désordonée dés que l'autre OGM ouvre la bouche.

  • georgette le 25.01.2018 12:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’Europe est finito. Et ceux qui croivent le contraire ont sûrement des dettes jusqu’au cou.

    • Quel bète commentaire! le 25.01.2018 13:06 Report dénoncer ce commentaire

      Vous n'avez rien compris. C'est l'euro qui monte et qui est une monnaie forte. Un Euro faible profiterait à ceux qui ont des dettes, ici en Europe.

    • @georgette le 26.01.2018 10:26 Report dénoncer ce commentaire

      Caissière ou esthéticienne?

  • Nono le 25.01.2018 11:07 Report dénoncer ce commentaire

    Trump s'est entouré de gens qui lui ressemble, preuve que c'est une veritable guerre économique qui a débutée il y a 1 an et qui va s'amplifier et durer, l'Europe a vraiment les moyens de se defender mais cela demande une véritable entente entre les 27, c'est pas gagné avec la Pologne qui achéte des F16

    • Faiblesses et discordes, leur atout! le 25.01.2018 13:02 Report dénoncer ce commentaire

      L'Europe n'est plus! 27 à l'unanimité?! Belle foutaise théorique impossible dans la pratique! Car les 2 seuls résultats possibles sont "tout le monde avance en même temps" ou "tout le monde reste sur place". Résultat? Sur 20 ans, les nouveaux adhérents ont tout bloqués , ils remontent leur niveau de vie mais bloque, voire diminue le nôtre comme des vases communicants (dumping social, politique d'immigration, etc.). A mes yeux, il n'y a plus qu'une grosse CEE, mais pas d'Europe au sens où je l'entend, donc les américains vont encore jouer très longtemps avec nous, ils nous maîtrisent!!

    • bobo énervant le 25.01.2018 13:46 Report dénoncer ce commentaire

      Il reste la solution d'une Europe a deux vitesses en excluant, ou n'associant pas, tous les pays qui manquent de solidarité

    • Europea le 25.01.2018 13:54 Report dénoncer ce commentaire

      c'est pour cela qu'il nous faut une Europe à deux/plusieurs vitesses, au lieu de crier au scandale dès que cela est évoqué.

    • 20-100 le 25.01.2018 14:49 Report dénoncer ce commentaire

      @ Faiblesses, je dirais que ce ne sont pas les nouveaux venus dans l'UE qui sont les artificiers de cette situation, même s'ils profitent de la situation. On nous a vendu le libéralisme à outrance et le libre échange, résultat les gros employeurs ont fermé des usines à l'Ouest et ouvert à l'Est. Il y a eu une désindustrialisation terrible dans les anciens de l'UE. Puisqu'on vit bien à Varsovie avec 5-600 euros un camionneur polonais vient volontiers travailler à l'Ouest pour 1000 euros... il ne peut y avoir libre échange entre pays aussi différents, ça coule de source.