Data

20 décembre 2016 09:00; Act: 19.12.2016 18:48 Print

À 28 ans, sa société d’analyse déjà reconnue

WINDHOF - Avec un jeune data scientist à sa tête, Wizata s’est lancée dans l’économie de demain.

storybild

Jean-Philippe Hugo, CEO de Wizata depuis sa création en 2014, s’est vu remettre le prix de la start-up de l’année aux derniers ICT Awards. (photo: L'essentiel)

  • par e-mail

En spécialiste de l’analyse de données, Jean-Philippe Hugo aurait pu choisir un poste bien rémunéré dans une grosse société. En 2014, à 26 ans, l’originaire d’Arlon a préféré monter une start-up au Grand-Duché. Avec Wizata, qui compte neuf employés, le jeune CEO a remporté le prix «Start up of the year» aux ICT Awards.

«Je suis resté six ans chez Nerea, la société sœur de Wizata, comme consultant technique CRM. Mais je voulais faire de l’analyse de données. Donc c’était soit je démissionnais, soit on créait quelque chose ensemble», raconte Jean-Philippe Hugo. Ce dernier se lance avec deux associés de son ancienne société, avec laquelle il partage bureaux et services.

Le business repose sur l’intelligence artificielle et la science des données, exploitées avec les dernières technologies. «Le concept, c’est de faire faire la machine par elle-même. Sur base d’exemples, la machine construit sa propre réflexion», explique-t-il. Dans l’industrie, cela peut permettre de la maintenance préventive: l’outil prédit par exemple quand il risque de tomber en panne, ce qui permet une intervention en amont. Dans l’assurance, on peut anticiper le comportement des clients en fonction d’événements de leur vie...

Active sur les marchés luxembourgeois et belge, Wizata tourne sur fonds propres et crédit bancaire, mais «avec déjà quelques trimestres de rentabilité».

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • En avant les jeunes le 20.12.2016 12:22 Report dénoncer ce commentaire

    Excellent ...

  • Frontaliero54 le 22.12.2016 06:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On leur souhaite bonne chance

Les derniers commentaires

  • Frontaliero54 le 22.12.2016 06:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On leur souhaite bonne chance

  • En avant les jeunes le 20.12.2016 12:22 Report dénoncer ce commentaire

    Excellent ...