Entreprise au Luxembourg

17 septembre 2015 16:09; Act: 18.09.2015 09:52 Print

Luxcontrol suit ses clients tout au long de leur vie

ESCH-SUR-ALZETTE- Depuis sa naissance en 1978, Luxcontrol a grandement étoffé son catalogue de prestations.

storybild

Le Grand-Duc héritier Guillaume a visité Luxcontrol jeudi. (photo: Editpress/Jean-Claude Ernst )

op Däitsch
Une faute?

La visite du Grand-Duc héritier Guillaume ce jeudi, chez Luxcontrol, «couronne la société pour son rôle dans l’économie nationale», apprécie Jacques Eischen, CEO de l’entreprise eschoise. Depuis sa création en 1978 par l’industrie sidérurgique nationale sous le nom Laborlux, ce qui était à l’époque un laboratoire d’essais et d’analyses chimiques, a pris une dimension impressionnante.

«Nous certifions la sécurité et la qualité dans les domaines technique et alimentaire. Nous donnons des formations dans ces domaines, et nous accompagnons les entreprises dans leurs obligations réglementaires», résume son dirigeant.

«Tu viens chez nous et tu n’as plus besoin d’aller ailleurs»

On retrouve ainsi Luxcontrol aussi bien dans le secteur de l’industrie, du bâtiment et de la construction (sécurité incendie, aires de jeux, ascenseurs, bâtiments, décontamination de sites, etc.), que dans l’environnement «en relation avec l’impact de l’exploitation par une entreprise sur l’eau, le sol et l’air», la certification de systèmes de management...

Mais aussi l’homologation automobile avec une présence aux États-Unis, au Japon et en Chine ou encore l’alimentaire avec notamment une filiale allemande qui pèse et classifie le bétail. «On peut être un partenaire du client tout au long de son activité. Dès la construction et pendant l'exploitation. La stratégie, c’est “tu viens chez nous et tu n’as plus besoin d’aller ailleurs”», explique Jacques Eischen.

260 employés dans cinq pays

La société est présente dans 5 pays avec 260 employés dont 165 au Luxembourg, où se concentre la grande majorité des activités. Elle est détenue depuis 1992 par le TüV Rheinland à hauteur de 56%, qui partage l’actionnariat avec ArcelorMittal (22%) et la SNCI (22%). Elle prévoit 26 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016.

«Le monde est de plus en plus réglementé car le choix de la société est de vivre avec des risques limités et dans un environnement plus sûr. Le processus de réglementation grandit et notre marché se développe», analyse le CEO, qui voit des opportunités dans le développement durable, et la croissance rapide de la population au Luxembourg. «La valorisation des terres disponibles, comme le vieillissement des infrastructures, créent des besoins nouveaux».

(Mathieu Vacon /L’essentiel)