Groupe pétrolier

04 avril 2021 08:55; Act: 04.04.2021 08:58 Print

Total reste en Birmanie malgré la répression

Le PDG de la multinationale s’est engagé à financer des organisations pour les droits humains, où la répression contre le coup d’État militaire a fait des centaines de morts.

storybild

Total a versé environ 230 millions de dollars aux autorités birmanes en 2019, puis environ 176 millions en 2020, sous forme de taxes et «droits à la production». (Photo Martin BUREAU / AFP) (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le groupe pétrolier français Total a annoncé, dimanche, qu’il maintenait sa présence controversée en Birmanie, où la répression contre le coup d’État militaire a déjà fait des centaines de morts, tout en s’engageant à financer des organisations pour les droits humains dans le pays. Plus de 550 civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués par les forces de sécurité depuis le putsch du 1er février qui a renversé le gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi, et quelque 2 700 personnes ont été arrêtées.

Face à la dégradation constante de la situation, des ONG internationales et locales, relayées par certains politiques en France, ont appelé Total, présent en Birmanie depuis 1992, à quitter le pays. La société va maintenir sa production de gaz qui «alimente en électricité une population nombreuse à Rangoun», la capitale économique, a fait savoir dimanche son PDG Patrick Pouyanné. Le groupe ne veut pas non plus exposer ses salariés sur place au risque de «travail forcé» s’il partait.

La mobilisation se poursuit

Total a versé environ 230 millions de dollars aux autorités birmanes en 2019 et 176 en 2020, sous forme de taxes et de «droits à la production», d’après ses documents financiers. Bloquer nos paiements exposerait «les responsables de notre filiale au risque d’être arrêtés et emprisonnés», a estimé Patrick Pouyanné dans cette tribune parue dans l’hebdomadaire français Le Journal du dimanche. Il s’est engagé à financer des ONG pour les droits humains à hauteur de ce qu’il versera à l’État birman.

Malgré la répression sanglante de la junte, la mobilisation pro-démocratie se poursuit, avec des dizaines de milliers de salariés en grève et des secteurs entiers de l’économie paralysés.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ben ouais ca c ethique et moral!! le 04.04.2021 18:14 Report dénoncer ce commentaire

    Et on parle de l’ethique et de la morale de la fiscalite Luxembourgeoise... par contre faire du fric sur la vente d’armes et le petrol dans les pires dictatures du globe ou les droits de l’homme sont bafoués ca dérange pas ... a quand un consortium de journaliste qui se concentrera et dènoncera ce qui est reelement immoral et non ethique au lieu de nous faire ch*** pour une malheureuse fiscalite avantageuse... mais bon les donneurs de lecons sont rarement ceux qui sont droits dans leurs bottes ;)

  • chris de Lux le 04.04.2021 20:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La morale des compagnies pétrolières n’existe pas: déjà en 1928 l’accord d’Achanacarry entres les 7 sœurs ( les plus importantes compagnies) à été scellé pour se partager les revenus du pétrole et depuis, presque, rien n’a changé, sauf que maintenant ils lorgnent sur des nouveaux débouchés Ne soyons pas dupes, quand il n’y aura plus un seul poisson, plus un seul insecte, plus aucune vie animale, plus un seul arbre, plus un seul homme libre au monde, on se nourrira de dollars...

  • bonjour le 04.04.2021 10:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    normal l argent avant tous

Les derniers commentaires

  • PomponsPlusVite le 05.04.2021 10:56 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont interet a decupler leur capacité de pompage. Il faut pomper plus vite les ressources chez les pauvres avant que les autres ne le fassent

  • H2SO4 le 05.04.2021 10:16 Report dénoncer ce commentaire

    Boycottons Total

  • veritis le 05.04.2021 08:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    normal. comme chez nous avec le vaccin: le fric d'abord, la santé après

  • Michou Cabus le 05.04.2021 07:01 Report dénoncer ce commentaire

    Où il y a de la gène, il n'y a pas de plaisir! Boycott à ce Total

  • chris de Lux le 04.04.2021 20:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La morale des compagnies pétrolières n’existe pas: déjà en 1928 l’accord d’Achanacarry entres les 7 sœurs ( les plus importantes compagnies) à été scellé pour se partager les revenus du pétrole et depuis, presque, rien n’a changé, sauf que maintenant ils lorgnent sur des nouveaux débouchés Ne soyons pas dupes, quand il n’y aura plus un seul poisson, plus un seul insecte, plus aucune vie animale, plus un seul arbre, plus un seul homme libre au monde, on se nourrira de dollars...