Travis Kalanick

13 juin 2017 20:17; Act: 14.06.2017 10:31 Print

Critiqué, le patron d'Uber se met en retrait

Travis Kalanick, qui dirige l'entreprise de VTC qu'il a fondée, a annoncé mardi qu'il prenait un congé sabbatique d'une durée indéterminée.

La vidéo d'une altercation avec un chauffeur a fait beaucoup parler.

Sur ce sujet

Le patron d'Uber, Travis Kalanick, critiqué pour sa gestion de l'entreprise en pleine tourmente, va prendre un congé sabbatique d'une durée non précisée, a-t-il annoncé mardi dans un mail aux salariés. «J'ai besoin de prendre du repos» en raison des «événements récents» écrit le patron d'Uber, faisant référence au décès brutal de sa mère le mois dernier. Uber a également publié mardi les résultats d'une enquête interne sur des accusations de harcèlement et de sexisme qui ont visé ces derniers mois l'entreprise.

Pendant l'intérim, M. Kalanick laissera la main à l'équipe dirigeante. Il sera «disponible» s'il faut prendre des décisions importantes, poursuit l'intéressé, ajoutant vouloir «réfléchir et travailler sur lui-même» pour devenir le patron dont le groupe «a besoin» et reconstituer une équipe dirigeante. Le groupe a publié en même temps que ce mail une liste de recommandations établies par le cabinet d'avocats chargé d'enquêter sur l'entreprise. Elles recommandent notamment de revoir les responsabilités de Travis Kalanick, suggérant au groupe de voir lesquelles pourraient «être partagées» ou «confiées à d'autres».

Les avocats recommandent aussi de reconstituer une équipe dirigeante (dont plusieurs postes sont vacants suite à des départs en série) ou encore de renforcer la direction des ressources humaines pour éviter les mauvaises pratiques et redéfinir la culture d'entreprise. Celui qui a fondé Uber en 2009 et en a fait l'acteur dominant du secteur des VTC (véhicules de transport avec chauffeur) est coutumier des coups de gueule et de comportements peu en phase avec le rôle d'un PDG. Son altercation, capturée par vidéo, avec un de ses chauffeurs se plaignant de ne pas gagner assez d'argent, est restée célèbre.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • 20-100 le 14.06.2017 12:09 Report dénoncer ce commentaire

    De toute façon peut-on décemment chercher un côté moral à des gens qui ont créé une société dont le "business model" est de faire les poches à des malheureux qui cherchent désespérément un job?? Plus tôt on jette aux oubliettes ce genre d'entreprise indécente mieux se portera l"humanité entière.

Les derniers commentaires

  • 20-100 le 14.06.2017 12:09 Report dénoncer ce commentaire

    De toute façon peut-on décemment chercher un côté moral à des gens qui ont créé une société dont le "business model" est de faire les poches à des malheureux qui cherchent désespérément un job?? Plus tôt on jette aux oubliettes ce genre d'entreprise indécente mieux se portera l"humanité entière.