Aviation

21 septembre 2019 17:18; Act: 21.09.2019 22:48 Print

Thomas Cook va-​​t-​​il sortir de l'impasse?

Les options se réduisaient samedi pour le voyagiste britannique en difficulté Thomas Cook, qui cherche à trouver des financements supplémentaires ce week-end.

storybild

Thomas Cook compte environ 22 000 salariés. (photo: AFP/Johan Nilsson)

Sur ce sujet
Une faute?

Une source proche du dossier a expliqué à l'AFP que les 200 millions de livres supplémentaires (227 millions d'euros), qui ont été jugés nécessaires pour un plan de sauvetage viable de manière durable, ne viendraient pas de nouveaux investisseurs privés.

La dernière chance d'éviter une faillite au voyagiste est donc que le gouvernement accepte d'injecter ces fonds. D'après cette même source, les discussions entre Thomas Cook et le gouvernement continuent, même si le quotidien The Times a affirmé samedi qu'il était improbable que le gouvernement intervienne.

«Réunion urgente»

Le conseil d'administration de Thomas Cook se réunit dimanche. «Nous saurons d'ici demain si un accord est trouvé» et si le pionnier des tours-opérateurs va survivre, a conclu cette source.

Le syndicat TSSA, qui représente les salariés du voyagiste, a écrit samedi à la Ministre des Entreprises et de l'Industrie, Andrea Leadsom, pour lui réclamer une «réunion urgente» et l'exhorter à «se tenir prête à aider Thomas Cook avec un réel soutien financier».

Coup de tonnerre pour le tourisme européen

«La société doit être sauvée quoi qu'il en soit. Aucun gouvernement britannique sérieux n'entérinerait la perte de tant d'emplois», a dit dans sa lettre le secrétaire général du TSSA, Manuel Cortes, selon un communiqué. Thomas Cook compte environ 22 000 salariés, dont 9 000 pour le Royaume-Uni. Le département des Transports et Thomas Cook, ainsi que plusieurs créditeurs du voyagiste dont RBS, se sont refusés à tout commentaire dans l'immédiat.

La possible faillite du plus ancien voyagiste au monde serait un coup de tonnerre pour le tourisme européen. Thomas Cook devrait organiser immédiatement le rapatriement de 600 000 touristes à travers le monde, dont 150 000 Britanniques, ce qui en ferait l'opération la plus importante depuis la Seconde guerre mondiale dans le pays.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.