En France

30 juillet 2021 08:33; Act: 30.07.2021 10:05 Print

L'économie se redresse au deuxième trimestre

L'économie française a rebondi au deuxième trimestre, avec une progression de 0,9% du produit intérieur brut (PIB) soit un peu mieux que prévu.

storybild

Le ministère français de l'Économie à Paris. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'économie française a rebondi au deuxième trimestre, avec une progression de 0,9% du produit intérieur brut (PIB) soit un peu mieux que prévu, sur une période marquée à la fois par le troisième confinement et la levée progressive des restrictions, selon une première estimation de l'Insee, vendredi.

Le PIB «se rapproche de son niveau d'avant-crise», souligne l'Institut national de la statistique, qui indique aussi avoir révisé légèrement à la hausse l'évolution du PIB au premier trimestre, désormais estimé stable, et non en recul de 0,1%, comme indiqué fin mai. L'Insee tablait sur un rebond de la croissance de 0,7% au deuxième trimestre, tandis que la Banque de France escomptait environ +1%.

En deçà du niveau d'avant-crise

La croissance a bénéficié d'une accélération de l'investissement (+1,1%) et de la consommation des ménages (+0,9%), en particulier en services d'hébergement-restauration et de transports, du fait de la réouverture des bars et restaurants et de la reprise des déplacements. La consommation reste toutefois «nettement en deçà de son niveau d'avant-crise», précise l'Insee, ayant encore été pénalisée par les fermetures de commerces dits non essentiels, qui a fait reculer les achats de biens fabriqués.

Du côté de la production, l'activité des services marchands a fortement accéléré (+2% après +0,1% au premier trimestre, en particulier dans l'hôtellerie-restauration (+29,1% après -14%). La production de biens rebondit (+0,6% après -0,2%), tandis que la construction poursuit son redressement. À l'inverse, le commerce extérieur a continué de peser sur la croissance, les importations progressant toujours plus vite que les exportations. Sur l'ensemble de l'année, l'Insee table sur une croissance de 6%, après la récession de 8% subie en 2020, une prévision similaire à celles du gouvernement et de la Commission européenne. La Banque de France anticipe elle une croissance de 5,75%.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • elle le 30.07.2021 13:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Hein???? Ah oui sûrement dû aux augmentations incessantes

  • Jingsa le 30.07.2021 16:15 Report dénoncer ce commentaire

    Vous faites sauter les droits des chômeurs de mois en mois donc normal que votre courbe se porte mieux Du mauvais cinéma , rien d’autre

  • edward le 30.07.2021 16:21 Report dénoncer ce commentaire

    "L'économie se redresse au deuxième trimestre" la blague. nombre d'entreprise en faillise au 2eme trimestre +14% scr mariane C'est plus du mensonge a ce niveau.

Les derniers commentaires

  • edward le 30.07.2021 16:21 Report dénoncer ce commentaire

    "L'économie se redresse au deuxième trimestre" la blague. nombre d'entreprise en faillise au 2eme trimestre +14% scr mariane C'est plus du mensonge a ce niveau.

  • Jingsa le 30.07.2021 16:15 Report dénoncer ce commentaire

    Vous faites sauter les droits des chômeurs de mois en mois donc normal que votre courbe se porte mieux Du mauvais cinéma , rien d’autre

  • elle le 30.07.2021 13:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Hein???? Ah oui sûrement dû aux augmentations incessantes